LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

Au loin s’en vont les nuages...
Nous, comme bien d’autres, qui depuis des décennies nous évertuons à faire du cinéma un endroit de discussion, voire de polémique et de désaccord généralement courtois, mais aussi un lieu de convivialité, de rencontres où la chamaillerie fait corps, où le conflit n’entraîne en rien le rejet de l’aut...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

DE BAS ÉTAGE

Yassine QNIA - France 2021 1h27 - avec Soufiane Guerrab, Souheila Yacoub, Thibault Cathalifaud, M’Barek Belkouk... Scénario de Yassine Qnia, avec la collaboration de Rosa Attab.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DE BAS ÉTAGEEncore un premier film qui vient confirmer la vitalité réjouissante du jeune cinéma français. De bas étage est signé Yassine Qnia, géomètre de formation, repéré pour ses courts métrages, primés dans divers festivals. Il passe au long métrage avec un film solidement ancré dans le réalisme, remarquablement construit sur une observation lucide et sensible du milieu qu’il embrasse et sur une belle étude de personnages qui passe par un regard attentif et une mise en image sobre mais remarquablement maîtrisée pour un premier long.
Mehdi, spécialiste du perçage de coffres en bande organisée, arrive à la croisée des chemins. Ses activités s’avèrent tout juste payantes et semblent repousser plus que précipiter l’horizon d’une vie meilleure. À 30 ans, il vit toujours chez sa mère dans sa cité et n’a pas encore les moyens de s’installer avec Sarah, coiffeuse et mère de son enfant, qui lui tourne le dos tant qu’il persévère dans le braquage. Alors que tout l’invite à se ranger, Mehdi, indécrottable, ne parvient pas à raccrocher, persuadé qu’un gros coup l’attend.



Sous ses fausses allures de polar urbain, De bas étage cache en fait une « étude de cas », et si l’on gratte encore plus, le mélo, déguisé, d’une romance impossible. En effet, le film s’ouvre et se ferme sur deux longs regards silencieux, lancés par Mehdi depuis sa voiture à une Sarah qui lui échappe, entérinant la distance irrémédiable qui les sépare…
Une hypothèse s’impose : l’adrénaline du crime a plus d’attrait libidinal que la perspective d’une vie rangée avec la belle coiffeuse. Un choix se fait, par la force des choses. Et pendant ce temps, Qnia nous présente l’entourage de Mehdi comme une extension de lui-même : mère qui perd la boule, des partenaires qui le lâchent un à un, des gosses de rue perdus.