LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

JUSQU’AU 21/09 PUIS TOUS LES SAMEDIS VERS 14H.

LA TERRE DES HOMMES

Naël MARANDIN - France 2020 1h39 - avec Diane Rouxel, Finnegan Oldfield, Jalil Lespert, Olivier Gourmet... Scénario de Naël Marandin, Marion Doussot et Marion Desseigne-Ravel.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA TERRE DES HOMMESOn croit à fond au bouche-à-oreille pour porter très haut ce film emballant, fortement ancré dans le monde agricole mais en dépassant largement le cadre : il est à lui tout seul un véritable condensé de société, intense, captivant, une œuvre politique au sens noble et donc humain du terme.

La foire aux bovins bat son plein, les voix s’élèvent fortes, masculines… Au milieu de cette assemblée, Constance (extraordinaire Diane Rouxel qui sera de presque tous les plans et dont on percevra les plus subtiles vibrations) dépare un peu. Trop jeune, trop jolie, trop menue, trop femme… Les enchères montent, pas assez, tandis qu’elle se tait mais que son regard en dit long. La déception est grande pour Bernard, le père (Olivier Gourmet parfait : c’est un pléonasme !) de la jeune paysanne : le prix tiré de la vente n’est pas à la hauteur d’un labeur sans relâche. Ne subsiste que la fierté d’accomplir un travail d’excellence. Mais ni la fierté, ni l’excellence ne paient les traites en retard et progressivement leur modeste exploitation agricole, comme tant d’autres, s’enlise dans la misère et le dégoût d’un redressement judiciaire improductif.



Mais Constance refuse de baisser les bras. En protégeant le terroir, en misant sur les niches délaissées par la grande distribution, elle ne doute pas de pouvoir redresser la situation avec son compagnon. Et si Bernard, victime des préjugés de sa génération, n’y croit guère, on lit dans son regard revêche, mêlé à l’inquiétude paternelle, une forme de reconnaissance, d’admiration. Sa fille est de sa trempe, droite dans ses bottes, tenace… Il soutiendra le jeune couple plein d’espoir et d’ambitions. Tout semble leur sourire, même Sylvain, l’un des exploitants agricoles les plus influents du coin : « Des jeunes avec de l’ambition et des idées, c’est exactement ce dont notre région a besoin » déclare-t-il à Constance qui se sent pousser des ailes d’espoir, prête à faire tout ce qu’il faudra, à passer par les fourches caudines de la paperasse administrative, à être la meilleure des élèves, pour conserver ferme et dignité familiales… C’est compter sans la domination générationnelle et masculine insidieuse qui trône dans toutes les commissions agricoles. Les représentants des syndicats, de la SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural), dont elle dépend, s’avèreront être des hommes jaloux de leurs prérogatives, suppôts du modèle intensif qui les enrichit… Constance va se retrouver aux prises avec un maelström d’enjeux de pouvoir, d’influences, tandis que monte en elle un malaise indicible. Mais, envers et contre tout, elle essaiera de faire bonne figure face à la violence croissante de ces échanges en milieu taiseux.

Naël Marandin (qui impressionne par sa maîtrise alors qu’il n’en est qu’à son second film, après le très attachant La Marcheuse en 2015) a su fédérer autour de son projet une équipe formidable qui donne de la charpente à un scénario tendu sur une corde d’équilibriste. Les prises de vues (signées Noé Bach) sublimes servent humblement le propos, la direction d’acteurs est impeccable et le quatuor principal incarne de façon si intense les personnages qu’on ne peut plus se détacher d’eux, troublés par leurs ambivalences, leurs complexités. Et c’est sans doute cela la plus belle réussite du film, ce qui le rend passionnant : sa capacité à éviter tout manichéisme, tout cliché, à nous faire ressentir la vérité d’autrui.

Le réalisateur Naël Marandin s'est entretenu avec Michel Flandrin lors de l'avant-première que nous avons faîtes en juillet. Retrouvez l'interview sur son site :
https://www.michel-flandrin.fr/cinema/droite-dans-ses-bottes.htm