LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les écoles maternelles :Zébulon le dragon et les médecins volants, Les mésaventures de Joe, Mush-mush et le petit monde de la forêtPour les écoles primaires :...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

APPEL A MUSIQUE !
APPEL A CHANSONS !   Appel aux groupes professionnels ou amateurs d’Avignon et alentours, pour égayer l’attente de nos spectateurs dans la salle Utopia RépubliqueMusiciens amatrices et amateurs, professionnelles et professionnels, seul en duo ou en groupe ! Vous ...

Séance unique le mercredi 13 octobre à 18h15 dans le cadre du ciné-club (bien entendu ouvert à tout le monde) de Frédérique Hammerli.

Cette projection est un prélude à la sortie de Tre piani, le nouveau film de Nanni Moretti. Tre piani, montré à Cannes cette année, sortira le 10 novembre en France et à Utopia. Ce sera l’occasion (et elle est trop belle !) de faire un nouveau ciné-club avec Frédérique Hammerli le mardi 9 novembre, veille de la sortie nationale.

LA CHAMBRE DU FILS

(LA STANZA DEL FIGLIO) Nanni MORETTI - Italie 2000 1h35 VOSTF - avec Nanni Moretti, Laura Morante, Jasmine Trinca, Giuseppe Sanfelice, Silvio Orlando... PALME D’OR FESTIVAL DE CANNES 2001.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA CHAMBRE DU FILSNanni Moretti décrit simplement l’état des choses, sans en rajouter et l’état des choses est ainsi : c’est de cette manière que le soleil peut briller un jour où tout s’écroule ; c’est ainsi que l’on referme un cercueil au fer à souder, d’un geste mécanique, terrorisant ; c’est ainsi que l’absence résonne dans le quotidien comme une aberration.
On peut décider de refuser d’affronter cela. Pourtant, ce film qui parle de la mort d’un être cher est beau, très beau et il vous tire vers le haut, bien au-delà de la tristesse et des larmes, à l’image de cette toute dernière scène splendide où sans un mot, tout est dit.
Car c’est aussi, et surtout, un film sur le lien. Ce lien tendre qui unit une famille au moment des jours heureux. Ce lien touchant et maladroit qui unit un père à son fils. Ce lien vivant qui se rompt brutalement au moment de la disparition. Ce lien qui tente de se resserrer entre les cœurs blessés. Ce lien du couple qui devient soudain si fragile, si distant. Ce lien qui se renoue finalement, qui se retrouve et devient encore plus solide, encore plus fort à travers l’épreuve...

Une famille unie dans une petite ville du nord de l’Italie. Le père Giovanni, la mère Paola et leurs deux enfants, déjà adolescents : Irene, l’aînée et Andrea, le cadet.
Giovanni est psychanalyste. Sa vie est réglée par un tissu de manies ou d’habitudes : lire, écouter de la musique, s’isoler et s’épuiser en de longues courses à travers la ville.
Un dimanche matin, Giovanni est appelé d’urgence par un patient : chez lui, la conscience professionnelle ne connaît pas les week-ends ni les engagements familiaux, il annule donc le footing qu’il avait prévu de faire avec son fils… Andrea change alors son programme et part faire de la plongée avec des amis, il ne reviendra pas. La disparition brutale d’un être cher, l’intolérable douleur de la mort, la culpabilité, l’impossible retour à une vie normale…

Comment continuer à vivre avec ce vide immense ? Comment se soutenir, comment supporter cette rupture effroyable de l’équilibre affectif ? Comment faire sortir de soi l’indicible ?
La Chambre du fils bouleverse, il fait appel à des sentiments universels, profondément ordinaires, viscéralement humains. Nous pleurons car nous sommes comme ces personnages : chacun peut s’identifier au père, à la mère, au fils, à la fille. Cette empathie nous projette au cœur de l’histoire, au cœur du déchirement et la grande force de Moretti, c’est de ne jamais céder au pathos, au chantage affectif.