AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

La LDH, attaquée, appelle au combat pour les libertés et la démocratie
Le ministre de l’intérieur menace de lui supprimer ses subventions, la première ministre lui reproche ses « ambiguïtés », d’autres polémistes de droites extrêmes leur faisant écho.Si on peut reprocher quelque chose à la LDH, c’est la constance de ses positions et de ses combats. Créée en 1...

Soutenez Utopia Palmer

LE CIEL EST À VOUS

Jean GRÉMILLON - France 1944 1h48 - avec Madeleine Renaud, Charles Vanel, Anne Vandène, Jean Debucourt... Scénario d’Albert Valentin et Charles Spaak.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CIEL EST À VOUSDe l’avis quasi-général, Le Ciel est à vous est le plus grand film français réalisé sous l’Occupation, avec Le Corbeau de Clouzot, qui est dans l’esprit et le contenu son exact opposé. À la noirceur misanthrope de Clouzot, Grémillon oppose sa foi en l’humanité, son éloge de la passion, de l’artisanat, de l’obstination… et de l’amour, en l’occurrence conjugal ! Absurdement soupçonné de pétainisme sous prétexte qu’il magnifiait une famille travailleuse et supposée modèle, Le Ciel est à vous est en fait un grand film féministe avant la lettre, tranquillement subversif dans la France des années 40. Pour reprendre les mots de Geneviève Sellier, autrice du livre de référence sur le cinéaste (Jean Grémillon, le cinéma est à vous, Éd. Klincksieck) : « Ce que dit Le Ciel est à vous, c’est qu’une femme intelligente et douée ne peut pas s’accomplir seulement dans le mariage et la maternité, et c’est exactement le contraire de ce que dit à l’époque le régime de Vichy et l’idéologie dominante, y compris chez les gens de gauche. »



Propriétaires d’un garage dans une petite ville des Landes, Pierre et Thérèse Gauthier sont expulsés pour laisser la place à un terrain d’aviation. Ils s’installent sans rechigner dans un bourg du voisinage mais ils ne savent pas encore que le virus de l’aviation va bouleverser leur vie. C’est d’abord le mari qui, en cachette de son épouse partie en éclaireuse prendre la gérance d’un grand garage de Limoges, se met à donner des baptêmes de l’air – il a une certaine expérience, il fut le mécanicien de Guynemer ! –. Il se fait engueuler d’importance quand elle découvre la chose… Mais lorsque Thérèse monte elle-même en avion, elle est aussitôt conquise et c’est elle désormais qui va se consacrer corps et âme à la passion du pilotage, enchaînant les parcours hors normes, volant après les records, n’hésitant pas à risquer beaucoup, avec l’appui indéfectible de son époux admiratif.
Madeleine Renaud – actrice fétiche de Grémillon qui tourna quatre films avec elle – et Charles Vanel sont formidables, on suit leur parcours avec un sentiment d’exaltation rare.