LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

DE SON VIVANT

Emmanuelle BERCOT - France 2020 2h - avec Benoît Magimel, Catherine Deneuve, Gabriel Sada, Cécile de France, Lou Lampros... Scénario de Marcia Romano et Emmanuelle Bercot.

Du 24/11/21 au 14/12/21

DE SON VIVANTComme dans dans La Tête haute (sur l’enfance en souffrance), comme dans La Fille de Brest (sur le scandale du Médiator), Emmanuelle Bercot a bâti De son vivant sur une recherche d’authenticité presque documentaire, qui rend le film criant de vérité et assez bouleversant. Il serait dès lors bien difficile d’en éluder le sujet, de chercher à se contorsionner dans d’improbables pirouettes pour laisser planer l’illusion que peut-être, non, ce n’est pas un film qui parle de la fin de vie.
Alors là, bien entendu, vous allez me dire que la période est déjà plombée, que ras le bol des films déprimants, que c’est trop dur, que c’est trop triste… Soit. Sauf que vous auriez tort d’en rester là. Car si le film raconte bel et bien comment, jusqu’à la mort, il faut accompagner la vie (pour reprendre le nom de la remarquable association JALMALV « Jusqu’à la mort accompagner la vie »), il raconte aussi et surtout comment le temps présent est précieux, comment il faut en prendre soin, le nourrir de choses belles, intenses et futiles, et comment avec un sujet douloureux on peut faire une œuvre forte et lumineuse.
Benoît Magimel, toujours formidable chez Bercot, est Benjamin, « acteur raté » et accessoirement professeur d’art dramatique, métier qu’il exerce avec fougue et passion, même s’il aime à jouer l’homme un peu cynique et désabusé. Benjamin a un cancer. Il n’y en a pas de gentil, mais celui-là est une vraie saloperie. Il se présente dans cet établissement de soins réputé d’un air faussement nonchalant, comme si tout ce qui se passait là ne le concernait pas vraiment… Pourtant il paraît que le Docteur Eddé fait des miracles pour les malades dans son cas. Benjamin s’efforce donc de se montrer confiant. Il est accompagné de sa mère, Crystal (Catherine Deneuve), qui ne veut rien perdre des explications qui leur seront données, comme un moyen de dompter la bête et de rester en lien avec ce fils qu’elle aime plus que tout.



Mais de miracle, il n’y en aura pas. Il est des combats qui sont perdus d’avance.
Cela dit, on peut considérer que le Docteur Eddé accomplit des miracles. Ils sont tout petits, peut-être même imperceptibles pour le commun des mortels, mais pour ceux qui vont partir, ils sont une réalité : mis bout à bout, fragiles et délicats, ils jalonnent leur dernier bout de chemin. C’est ce chemin que raconte De son vivant.

Le Docteur Eddé est interprété par un vrai médecin : le Docteur Gabriel Sada, oncologue-hématologue d’origine libanaise vivant à New York et exerçant au Mont Sinai-Roosevelt Hospital. Offrir ce rôle à un professionnel de l’accompagnement de fin de vie, c’est véritablement l’idée forte et maîtresse du film. En plus d’être de toute évidence un très grand praticien, empathique et chaleureux, Gabriel Sada est par ailleurs un sacré bon comédien, jamais troublé par la caméra. Son approche est simple, profondément humaine : dire la vérité, toujours. Aider le malade à faire la paix avec lui-même et son entourage et amener l’entourage à autoriser le malade à partir. Faire émerger la parole dans l’équipe des soignants pour que la charge soit moins lourde et que le lien soit une force. Accueillir les émotions. Prendre la main du patient et ne pas la lâcher. Et mettre de la joie, de la musique (beaucoup), de la vie, des couleurs partout où ce sera possible…
Le film n’est néanmoins pas angélique, encore moins mièvre, et n’omet pas de raconter aussi ce qui est douloureux dans cette histoire : la peur, la solitude, les regrets et la voracité destructrice de la maladie. Mais il se tourne du côté de l’amour et de la lumière, de la transmission, des soignants, bref, de tout ce qui fait la vie.