LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

SAS Coopérative Qui vivra Bérat
La Ménardière, sise au cœur de la commune de Bérat – à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse –, est un habitat partagé initié par les vétérans d’Utopia et un groupe de femmes et d’hommes qui ont mis en commun leurs moyens inégaux et un prêt consenti par le Crédit Coopératif qui les accomp...

LA PIÈCE RAPPORTÉE

Écrit et réalisé par Antonin PERETJATKO - France 2020 1h26 - Avec Anaïs Demoustier, Philippe Katerine, Josiane Balasko, William Lebghil, Sergi Lopez, Philippe Duquesne... D’après la nouvelle de Noëlle Renaude, Il faut un héritier.

Du 01/12/21 au 21/12/21

LA PIÈCE RAPPORTÉEEn trois films, pas plus, Antonin Peretjatko s’est imposé dans le cinéma français comme une signature unique – et délicieuse. Ses histoires loufoques, sentimentales et printanières, rehaussées d’un regard politique grinçant et cruel, sont l’héritage direct des comédies de Rohmer et de Rappeneau, pimentées d’un zeste de comédie italienne des années 60. Son précédent opus, La Loi de la Jungle, était déjà un petit bijou drolatique, qui suivait les tribulations improbables d’un stagiaire ahuri incarné par Vincent Macaigne au service d’un projet absurde de création de piste de ski indoor au cœur de la jungle guyanaise. Autant dire qu’en matière de fantaisie marabout-d’ficelle, l’énergumène (on parle d’Antonin Peretjatko) ne craint pas grand monde. Nouvelle pierre apportée à l’édification de son œuvre pétulante, La pièce rapportée nous fait voyager un peu moins loin – mais le dépaysement n’en est pas moins radicalement jubilatoire, puisque la quasi-totalité du film se déroule dans les « beaux » quartiers du XVIe arrondissement de Paris, bois de Boulogne inclus.



Représentant à peine caricatural de la faune locale, Paul Château-Têtard est un fils à maman quadragénaire, grand dadais ultra riche dont l’origine de la fortune se perd dans les « heures les plus sombres de notre Histoire » collaborationniste (fortune décuplée par la coopération industrielle avec le Chili de Pinochet). Tel une Laetitia Hallyday en costume croisé, Paul Château-Têtard réalise tardivement son rêve : prendre le métro. Et c’est là que, par accident, il tombe raide foudroyé d’amour pour la craquante Ava, guichetière RATP. Laquelle voit là une belle opportunité d’ascension sociale. Mais la reine mère de Paul, Adélaïde (géniale Josiane Balasko), ne le voit pas de cette oreille et va tout faire pour démasquer la « pièce rapportée » dont elle soupçonne vite l’infidélité.

À la manière d’une enquête des Pinçon-Charlot revisitée par les Marx Brothers, le film d’Antonin Peretjatko dresse un tableau adorablement impitoyable de la grande bourgeoisie à laquelle veut accéder Ava envers et contre tout. Actualisée, la nouvelle satirique des années 1980 de Noëlle Renaude est enrichie d’allusions aux gilets jaunes, ou à la théorie insupportable du ruissellement… Au service de ce réjouissant autant qu’élégant jeu de massacre, quelque part entre le bonbon acidulé et la joyeuse pantalonnade marxiste, les comédiens, premiers et seconds rôles confondus, s’en donnent à cœur joie avec un plaisir communicatif. On en redemande.