LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

LITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIÈGE

Abdallah AL-KHATIB - documentaire Liban / France / Qatar 2021 1h29 VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIÈGES’il y a une plaie qui gangrène les luttes internationalistes, c’est le campisme. Kesako ? demanderont probablement certains. Le campisme, c’est cette conviction, portée notamment par les marxistes les plus orthodoxes, que pour parvenir à abattre l’oppresseur, il faut conclure des alliances avec tous ses ennemis, y compris parmi les dirigeants les moins recommandables. A ce compte-là, certains ont pu cautionner non seulement Staline mais aussi le pacte germano-soviétique, et pour en venir à des périodes plus actuelles, certains trouvent désormais des excuses à Bachar el Assad, boucher de son propre peuple, sous le prétexte qu’il serait le plus efficace ennemi d’Israël.

Little Palestine, qui raconte le siège terrible de Yarmouk, immense camp palestinien des faubourgs de Damas, devenu dans la paranoïa de Bachar source de danger, montre la cruauté absolue du régime alaouite et pourrait constituer un remède définitif au campisme. En 2015, le formidable Les Chebabs de Yarmouk, du regretté Alex Salvatori-Sinz (qui était venu présenter son film chez nous), avait renseigné le drame. On y trouvait notamment, parmi les protagonistes, Hassan, arrêté puis torturé à mort. Hassan était un des amis de Abdallah Al-Khatib, le réalisateur de Little Palestine, à qui il confia sa caméra quand il tenta de quitter le camp en état de siège. Abdallah était coordinateur pour l’ONU, il devint entre 2013 et 2015, durant les deux ans de siège, résistant et cinéaste témoin de la mort de son peuple.

Ce que filme Abdallah est à la fois terrible et lumineux. Ce ne sont pas tant les bombes qui, dans un premier temps, tuèrent les réfugiés de Yarmouk mais bien le blocus total qui priva les quelques 100 000 Palestiniens du camp d’eau, de nourriture, d’électricité et de médicaments, rendant la situation encore plus cruelle. Abdallah Al-Khatib témoigne jour après jour de la lente dégradation des conditions de vie de ses compatriotes, contraints à ne penser à rien d’autre qu’à la quête souvent infructueuse de quelque pitance ou d’un jerrycan d’eau. Jusqu’à être réduits à aller ramasser des herbes qu’ils espèrent comestibles en s’avançant jusqu’à la ligne de front, au péril de leur vie. C’est ainsi qu’on assiste à cette scène surnaturelle où le réalisateur converse avec une petite glaneuse alors que les bombes éventrent en arrière-plan des immeubles…
Cette lente progression à travers le camp de la faim et du manque de tout est filmée avec une dignité saisissante mais le plus stupéfiant, c’est la capacité de résistance, de recul et même d’humour au second degré que manifestent ces compagnons d’infortune, et notamment ces enfants à qui le réalisateur demande leur projet d’avenir dans une scène tragi-comique. Ou quand il filme sa propre mère qui quitte son rôle domestique pour retrouver un rôle de résistante en venant au secours des plus démunis. Aux limites de la survie, les réfugiés parviennent à préserver leur sens de la solidarité envers ceux qui sont plus faibles qu’eux.
En 2018, le camp, contrôlé depuis trois ans par l’État islamique, fut bombardé et presque totalement rasé, jamais ses occupants n’ont pu le réintégrer, et ils furent contraints à l’exil, comme Abdallah Al-Khatib qui témoigne désormais depuis l’Allemagne, sa terre d’accueil, de ce drame qui s’est déroulé dans l’indifférence internationale au nom de la raison d’État.

À l’occasion de la sortie du film, la Ligue des Droits de l’Homme tiendra une table dans le hall du cinéma le mercredi 12 janvier à 18h00. Ce sera l’opportunité de discuter avec des membres de la LDH.