LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÉDITO Décembre 2021
Dans le département du Vaucluse disparaissent 400 à 500 hectares de terres agricoles chaque année, consommés par le tissu urbain, les zones artisanales, industrielles et commerciales, les réseaux routiers… Conséquence dramatique, la surface agricole du département diminue 3 fois plus vite qu’au...

ÉDITO : LE JEU DU CALAMAR
Ça vous aura probablement échappé, mais c’est un drôle de petit vent de panique qui a soufflé cet automne sur notre merveilleuse profession. L’espace de quelques jours, le temps s’est arrêté, les respirations se sont suspendues, l’Apocalypse menaçait, la mort des cinémas français, mille fois annoncé...

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
3,5€ par élève, gratuit pour les gentils accompagnateurs. Le pass sanitaire n’est pas exigé.   Sur cette gazette nous vous proposons :Pour les 3-5 ansLe LE NOËL DE PETIT LIÈVRE BRUN, EN ATTENDANT LA NEIGE Pour les 6-8 ansMAMAN PLEUT DES CORDESPRINCESSE DRAGON Pour les 8-10 ansLE PEUPLE LOUPLA CRO...

Montpellier. Strasbourg. Gonesse. Avignon. Quel point commun entre ces villes et tant d’autres ?
Le béton. Des projets inutiles. La soif des promoteurs et constructeurs, au nom de la croissance, pour notre confort et notre sécurité bien sûr… surtout ceux de leurs actionnaires !La Ceinture verte d’Avignon, véritable poumon pour les quartiers Sud, est menacée depuis 25 ans par un projet de r...

NEXT DOOR

Daniel BRÜHL - Allemagne 2021 1h32 VOSTF - avec Daniel Brühl, Peter Kurth, Rike Eckermann, Aenne Scharz... Scénario de Daniel Kehlmann.

Du 29/12/21 au 18/01/22

NEXT DOORIl a fière allure, Daniel, devant sa glace. Rasé de près, sourire enjôleur, chevelure très légèrement gominée, il semble demander à ce beau gosse qui lui fait face : « Hé mec ! mais quel est donc le secret de ton succès, de ta forme, comment se prénomme ta bonne fée ? ». Tout en effet paraît réussir à ce talentueux comédien allemand : une carrière internationale, une femme forcément belle et amoureuse, des enfants pleins de vie, un duplex dans un quartier branché de Berlin et une nounou à plein temps pour soulager cette belle petite famille chic.
On a beau le reconnaître dans la rue (il adore ça), il a beau signer des autographes et se prêter volontiers à l’insupportable petit jeu des selfies, il est resté finalement un garçon simple. Quand on le voit à la télévision, sur grand écran ou si on a la chance de le croiser en vrai, pour sûr qu’on se dit que le succès ne lui est pas monté à la tête.
C’est donc tout à fait confiant, fort de toute cette belle énergie que Daniel quitte femme, enfant, nonou et appartement pour se rendre à l’aéroport, direction Londres. Il est néanmoins quelque peu tendu car le casting qu’il doit passer n’est pas tout à fait anodin : il s’agit d’une superproduction hollywoodienne et c’est un rôle tout ce qu’il y a de plus sérieux, un premier et pas des moindres : super héros.
Comme c’est un garçon extrêmement prudent, il a pris pas mal d’avance sur son timing et décide donc de pousser les portes du petit troquet du coin pour prendre un dernier café et répéter une dernière fois son rôle. En bon citoyen qui n’a pas oublié ses origines, il y a parfois ses habitudes et même si le bistrot semble être resté bloqué à la présidence de Walter Ulbricht, l’endroit a un charme désuet. Très très mauvaise idée.
Car il n’est pas seul. Un certain Bruno est attablé et il a déjà avalé quelques pintes.
Au début, il lui demande un simple autographe… au début seulement. Le Bruno en question est un gros balèze qui ne se laisse pas impressionner par grand chose, et certainement pas par la notoriété de ce petit mec bien propre sur lui dont il connaît toute la filmographie.
Qui est Bruno ? Un comédien raté qui veut prendre sa revanche sur une vie minable ? Un ancien agent de la STASI ? Un simple pilier de bar ou un gars du voisinage ?
Vous le révéler ne serait vraiment pas sympa tant le charme et l’efficacité dramatique de Next door repose entièrement sur la confrontation de ces deux-là.
Pour sa première réalisation, Daniel Brühl revisite le genre du Kammerspiel (« technique dramatique propre au cinéma et au théâtre allemand des années 1920, visant à créer un naturalisme intimiste et dépouillé » : vous ne connaissiez pas ce mot, moi non plus, je vous rassure, comme quoi on en apprend tous les jours en lisant la gazette).
En se mettant en scène, l’acteur fait preuve de beaucoup d’auto-dérision et n’épargne pas son alter ego, comédien vaniteux faussement modeste qui tombe peu à peu de son piédestal. Ce huis-clos très efficace joue aussi sur le physique très dissemblable des deux personnages, sur la fausse modestie de l’un, qui a intériorisé la superficiliaté du showbiz, et l’orgueil blessé de l’autre, éternel « ossi ». Une vraie réussite.