LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

THE CHEF

(Boiling point) Philip BARANTINI - GB 2021 1h34 VOSTF - avec Stephen Graham, Vinette Robinson, Alice May Feetham, Hannah Walters... Scénario de Philip Barantini et James Cummings.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE CHEFC’est l’heure du coup de feu ! Pas de ceux bruyants qui pétaradent dans les polars. Les poulets ici ne portent pas d’armes et rien n’est saignant mis à part l’agneau cuit à cœur… à moins qu’un client capricieux n’exige que l’on carbonise cette viande de premier choix. Si l’action de ce thriller psycho-culinaire se déroule dans les coulisses d’un restaurant gastronomique agité, elle n’en est pas moins saisissante. Nous voilà sur le grill, tandis que la brigade s’active frénétiquement derrière ses fourneaux et que les barmen agitent leurs shakers. Au fil d’un long plan séquence en temps réel, plein de suspense, tendu de bout en bout jusqu’à la chute, sont restitués le stress, l’exaltation de tout un microcosme dans le feu de l’action. Nous voilà en immersion, pris au piège d’un huis-clos, comme un saumon dans un bocal, ou plutôt dans une véritable cocotte minute à retardement. On ne peut que guetter le point de non retour, le fameux « boiling point » (autrement dit « le point d’ébullition », traduction littérale du titre anglais, plus évocateur que celui choisi pour la sortie française), moment décisif en cuisine où tant de choses peuvent basculer. Sous l’apparente tranquillité liquide, on devine les molécules d’eau s’agiter sous l’effet de la chaleur. On sait empiriquement qu’il suffira d’un instant d’inattention pour que le lait déborde, que la crème anglaise tourne, que le caramel brûle… ou qu’une erreur fatale soit commise. Dans ce monde-là l’imperfection n’est pas de mise !



Ce soir-là, avant même que le service ne débute, on sent que la mécanique se grippe, que quelque chose s’est déjà déglingué. C’est d’abord un sévère inspecteur de l’hygiène qui vient balader son nez inquisiteur dans les moindres recoins des éviers, morigène une partie de l’équipe mal à l’aise, établit un rapport salé… Et le Chef étoilé, Andy Jones (formidable Stephen Graham) qui n’est toujours pas là, puis qui parlera de partir sitôt arrivé ! Il l’aurait fait sans Carly (tout aussi formidable Vinette Robinson), sa seconde de cuisine, qui le retient par le tablier. Duo faussement posé, dont la complicité s’émousse, alors qu’ils doivent affronter avec leur équipe l’une des soirées les plus fréquentées de l’année, le dernier vendredi avant noël, le « Magic Friday ». La magie… elle est sans doute dans les assiettes parfaitement présentées, mais plus vraiment dans l’arrière-cuisine, malgré les airs contrits ou bienveillants de chacun entre deux coups de gueule du chef… Dès l’entrée des premiers fins museaux, le service redouble d’intensité. Gestes précis exigeant une sempiternelle vigilance, nerfs à toute épreuve pour résister à la pression de clients intransigeants, parfois désagréables. Pour couronner le tout, dans cette ambiance paroxystique, déboule le célèbre cuisinier et star de la télé Alastair Skye – chez qui Andy a naguère travaillé –, flanqué d’une critique gastronomique en vogue, qui guettera forcément le moindre faux pas du chef…

Si elle est criante de vérité, c’est que cette fiction est le fruit du regard lucide et sans concession d’un réalisateur qui fut lui-même chef cuisinier durant 12 années.