LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

VITALINA VARELA

Réalisé par Pedro COSTA - Portugal 2019 2h04 VOSTF - avec Vitalina Varela, Ventura, Manuel Tavares Almeida, Francisco Brito... Écrit par Vitalina Varela et Pedro Costa. LÉOPARD D’OR, FESTIVAL DE LOCARNO 2019.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VITALINA VARELAVitalina Varela est assurément un des sommets de l’œuvre du portugais Pedro Costa, cinéaste marginal et confidentiel de génie. Il fait partie de ces films qui contiennent tout un monde. Ces films qui, par on ne sait quel miracle, renferment la somme de ce qu’un artiste a mis tant d’efforts à formaliser et qui trouve tout à coup un aboutissement limpide. Depuis une trentaine d’années, Pedro Costa a entrepris un travail cinématographique sur, et surtout avec, la communauté Cap-Verdienne, irrémédiablement liée à l’histoire de la colonisation portugaise, et en particulier celle du quartier de Fontainhas, faubourg pauvre de la banlieue de Lisbonne. C’est là, sur un précédent tournage, qu’il a rencontré Vitalina Varela : une Cap-Verdienne de 55 ans arrivée trop tard pour les obsèques de son mari qu’elle n’aura vu que deux fois en 40 ans, depuis qu’il est parti au Portugal dans l’espoir de trouver une vie meilleure. Pedro Costa consacre à cette femme un film vibrant, accompagnant sa tristesse et sa colère dans un geste esthétique d’une force et d’une cohérence renversantes. Vitalina est un personnage plongé dans la nuit du monde : abandonnée par une histoire officielle inavouable, blessée par une tragédie intime qu’elle ne peut que vivre seule. Pedro Costa témoigne de son histoire en construisant chaque plan comme un combat contre les ténèbres, dans des clair-obscurs somptueux, arrachant à la noirceur le visage et les gestes de Vitalina Varela comme autant d’éclats de lumière.



Quand Vitalina descend pieds-nus sur le tarmac de l’aéroport, il est déjà trop tard. L’enterrement a eu lieu il y a trois jours. Quarante ans et trois jours de trop, dit-elle. Trop tard pour dire au revoir peut-être, mais il reste à Vitalina à arpenter les lieux de l’ancienne vie de son mari. Elle est venue voir ce pour quoi il l’a quittée et elle ne voit que misère. Dans le bidonville où il vivait, elle est une étrangère. Les autres sont des ouvriers cap-verdiens depuis longtemps immigrés, restés au bord d’une promesse jamais tenue et contre laquelle Vitalina enrage. Qui pouvait croire qu’il y avait ici mieux à vivre que sur les flans fertiles des volcans de leurs îles natives ? Patiemment, Vitalina écoute, regarde, apprend à nouer quelques relations prudentes. Elle questionne le prêtre qui a connu son mari et qui l’a enterré. Vitalina est née avec la foi, c’est Dieu qui est parti. Un jour, l’amour est arrivé dans sa vie et il a déserté. Aujourd’hui, les monologues de Vitalina comblent cet espace laissé vide. Il faut apprendre à vivre avec : voilà, au fond, ce qu’elle est venue faire ici.

Le travail plastique monumental effectué par Pedro Costa et son chef opérateur Leonardo Simões évoque immanquablement les grands peintres de la lumière, du Caravage à Géricault en passant par Rembrandt. Dans un temps qui paraît suspendu, Costa sculpte les nuances de noir à la manière d’un Soulages et transperce l’obscurité par la dignité extraordinaire d’une femme qui affronte les abîmes. Les films de Pedro Costa ne cherchent pas à enluminer la misère, ils se tiennent aux côtés des oubliés, condamnés à l’ombre, en exaltant leur beauté dans un geste politique et poétique. Par ce film éponyme à nul autre pareil, Vitalina Varela et Pedro Costa leur érigent un monument majestueux : un requiem écrit sur des reflets de jais.