LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ma classe au cinéma
ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au...

123 soleil, des nouvelles !
Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un...

DOUCES TERRES
Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.Ils se battent, avec leurs ...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.
Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des base...

Vous pouvez écouter l'interview de Bertrand Mandico, metteur en scène de La vraie famille sur le site de Michel Flandrin, en cliquant ici : Bertrand Mandico

AFTER BLUE

(PARADIS SALE) Écrit et réalisé par Bertrand MANDICO - France 2021 2h07 - avec Paula Luna, Elina Löwensohn, Vimala Pons, Agata Buzek, Michaël Erpelding...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AFTER BLUEAprès , le nouveau film de Bertrand Mandico, encore plus fou, encore plus luxuriant.
Dans un futur lointain, sur une planète qui semble à première vue inhabitée et désertique, la jeune Roxy alias Toxic (interprétée par l’ambiguë et éthérée Paula Luna) exhume une criminelle appelée Kate Bush (peut-être en hommage à la légendaire chanteuse anglaise qui a fait sa force des décors surréalistes, mystérieux et romantiques de ses clips), qui était enterrée dans le sable. Enfin libre, la criminelle tue les trois amies/ennemies de Roxy avant de fuir, semant sur son passage la peur et la mort. L’adolescente et sa mère Zora (la magnétique Elina Löwensohn), qu’on tient responsables des homicides, sont chassées par la communauté et condamnées à retrouver l’assassine, réparant ainsi les torts commis. Mère et fille se mettent à errer sans but précis dans les terres désolées et décadentes de leur planète, une sorte d’anti-paradis habité exclusivement par des femmes. Attention cependant, parce que les femmes représentées par Mandico sont complètement dépourvues de tout élément lié aux stéréotypes qui se rattachent à une hypothétique féminité naturelle et féconde, aux stéréotypes crées par une société patriarcale qui les voudrait toutes identiques, dociles et résignées. Le « paradis sale » dans lequel vivent Roxy and Co ne se fonde pas sur une conception binaire des sexes pour exister. Ici, peu importe le sexe auquel appartiennent les héroïnes, et peu importe que ce concept vole en éclats comme dans le cas du cyborg Louis Vuitton, créé par une des habitantes de la planète à l’image de son ancien amant : ce qui compte ici, c’est la puissance sensuelle de leur monde intérieur. « Il n’est ni homme, ni femme, c’est un Louis Vuitton », explique sa créatrice en présentant son compagnon robotique, dans l’intention d’ironiser sur une société, la nôtre, où tout doit être catalogué et interprété à travers le filtre de la binarité des sexes.

La planète créée par Mandico semble traduire visuellement les théories de Donna Haraway sur les cyborgs, des êtres libres qui revendiquent une opacité identitaire basée sur une ambiguïté vécue comme une force et non une faiblesse. After blue est un chant d’amour à la diversité, à la beauté d’une humanité enfin libre d’exprimer son identité aux multiples facettes. « J’ai voulu composer une ode au cinéma et aux actrices, une aventure singulière et universelle en empruntant les moyens du western, la cruauté des fables anciennes et le lyrisme de la science-fiction », explique le réalisateur, exaltant l’hétérogénéité des références auxquelles son film renvoie.
After blue malaxe donc avec gourmandise et invention permanente un patchwork de références à des genres cinématographiques trop souvent délaissés par la Culture avec un grand C. Mandico ne recule devant rien, au contraire, il semble vouloir exacerber les traits caractéristiques de ces genres en en montrant fièrement le côté surréaliste et parfois kitsch. Ce « too much » revendiqué offre au film une dose indispensable d’humour et d’auto-dérision, comme s’il voulait nous rappeler que le cinéma est aussi et surtout fait de moments cathartiques où on peut faire l’expérience d’une liberté et d’une légèreté que la vie tend à mettre souvent à l’écart. After blue nous engage ainsi à entreprendre un voyage, cinématographique et humain, qui nous permet de faire l’expérience de formes visuelles inhabituelles et sensorielles, de nous plonger dans un univers à la fois poétique et cruel qui aspire le regard comme un trou noir.

Vous pouvez retrouver les critiques de Michel Flandrin sur son site Les sorties de Michel Flandrin : www.michel-flandrin.fr