LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ma classe au cinéma
ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au...

123 soleil, des nouvelles !
Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un...

DOUCES TERRES
Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.Ils se battent, avec leurs ...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.
Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des base...

EN MÊME TEMPS

Écrit et réalisé par Benoît DELÉPINE et Gustave KERVERN - France 2022 1h34 - avec Jonathan Cohen, Vincent Macaigne, Yolande Moreau, India Hair, Jenny Beth, Gustave Kervern, Doully, François Damiens...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EN MÊME TEMPSAllez on ne va pas se raconter d’histoires, on a rarement l’occasion de rigoler franchement dans nos salles devant une comédie française… Alors le nouveau Delépine/Kervern, on l’attend un peu comme les premières cerises du printemps. Si on devait rester dans la comparaison cinématographique, on l’attend comme le nouveau Ken Loach, ou le nouveau Albert Dupontel, autres bonhommes qui partagent avec nos compères grolandais la caractéristique d’avoir leurs films toujours présentés sur nos écrans.



Didier Becquet (Jonathan Cohen) un maire de la droite décomplexée, fier de sa position sociale, mais aussi coureur impénitent et mari infidèle, qui déverse sur son malheureux chauffeur kabyle (agréable apparition de Hakim Amokrane, la moitié du groupe Mouss et Hakim et cofondateur de Zebda) ses avis sexistes et racistes. Et on va donc suivre Didier dont la difficile mission est d’embobiner Pascal Molitor (Vincent Macaigne), un maire écolo en tout point son opposé, intègre, pas cupide pour un sou… L’embobiner afin de le convaincre de voter pour la construction d’un parc de loisirs qui détruira une forêt primaire. Et voilà les deux compères qui, par des hasards invraisemblables, vont se retrouver collés (au sens propre) l’un à l’autre et obligés d’errer toute une nuit tels des siamois qui se détestent… Je ne vous raconterai rien des circonstances qui ont mené à cette incroyable situation pour ne pas gâcher votre plaisir…

Le génie de Benoît Delépine et Gustave Kervern est de cumuler différents types de comiques. Le comique de geste digne des grands burlesques, les deux personnages obligés de marcher à la queue leu leu créant des pantomimes dignes de Keaton ou de Laurel et Hardy. Le comique de situation, les deux compères sachant mieux que quiconque croquer des lieux absurdes comme ce bar intitulé le FMI, doux hommage à DSK, où des vieux notables en caleçon chantent sur un karaoké dont les seules paroles sont « hébé » répété à l’infini, entraînés mollement par des hôtesses désabusées. Mais aussi une satire sociale et politique acide, qui n’épargne personne, ni le droitard cynique et démagogique, ni l’écolo hors-sol dans sa petite voiture électrique ridicule qui n’a pas assez d’autonomie… avec au bout du compte un sévère appel à se réveiller politiquement à quelques semaines des élections. Mais il y a surtout une brochette de rôles secondaires et d’acteurs jubilatoires : Yolande Moreau en mère maquerelle du FMI, Gustave Kervern en patron de restaurant dépressif, François Damiens en patron de diner à l’américaine triste de la défaite de Trump, India Hair géniale en pasionaria féministe un peu trop déterminée. Quant aux deux nouveaux de la bande qui incarnent les rôles principaux, ils sont fabuleux, tant Jonathan Cohen (connu par beaucoup grâce à ses sketchs de Serge le Mytho sur youtube et son rôle dans la série parodique La Flamme), que Vincent Macaigne, parfait en écolo gentiment mélancolique.