LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

PETER VON KANT

Écrit et réalisé par François OZON - France 2022 1h25 - avec Denis Ménochet, Isabelle Adjani, Khalil Ben Gharbia, Stéphane Crépon, Hanna Schygulla... Adapté de Les Larmes amères de Petra Von Kant, pièce de théâtre puis film de Rainer Werner Fassbinder.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PETER VON KANT« Fassbinder a été très important dans mon apprentissage. Je l’ai vu comme un grand frère de cinéma étant étudiant. Ses films m’ont beaucoup touché, ému et intéressé d’un point de vue esthétique et politique.
« Le texte de Fassbinder a quelque chose d’universel sur l’emprise, la manipulation. Un réalisateur est dans une situation de pouvoir, cela m’intéressait d’interroger le public sur ces questions. Dans le film, l’emprise se retourne. Les choses ne sont pas binaires dans ces relations de travail et d’amour. » François Ozon

François Ozon ne s’est jamais caché de son admiration pour le grand Rainer Werner Fassbinder. Il avait déjà adapté, au début de sa carrière, un texte théâtral de Fassbinder resté inédit : Gouttes d’eau sur pierres brûlantes. Il propose aujourd’hui sa vision du petit théâtre des cruautés, de l’amour et du pouvoir que constitue Les Larmes amères de Petra Von Kant, chef-d’œuvre du cinéaste / dramaturge allemand.
Dans l’œuvre originale, Petra est une grande créatrice de mode quelque peu autocentrée qui vit souvent cloîtrée avec Marlène, son assistante mutique et soumise. Mais soudainement, telle une tornade, une jeune apprentie mannequin, Karin, va surgir dans sa vie et aspirer Petra dans les tourments de l’amour et de la jalousie.

François Ozon a fait le pari audacieux de changer le sexe des protagonistes principaux. Petra est devenu Peter, cinéaste/ogre excessif, aussi autoritaire que génial, vitupérant et enchaînant les gin-tonics dès le lever tout en travaillant à ses prochaines créations. Choix finalement logique tant Fassbinder avait dit à de multiples reprises, que Petra, c’était lui. Et de fait on le reconnaît immédiatement dans la stature imposante et le charisme animal de l’acteur Denis Ménochet. Marlène est devenu Karl, sorte de majordome filiforme qui promène sa silhouette discrète dans tous les plans, omniprésent par son regard tour à tour craintif, accablé, amoureux et enragé pour son maître, dont il semble accepter toutes les humiliations. Jusqu’à quand ? Karin est devenu Amir, un garçon ouvertement intéressé à la beauté irrésistible qui rappelle immanquablement les figures pasoliniennes, une sorte d’alter ego d’un Ninetto Davoli, amant et acteur fétiche de Pasolini. Et puis il y a l’entremetteuse, l’actrice fantasque Sidonie, meilleure amie de circonstance de Peter, incarnée par une Isabelle Adjani qui donne au personnage sa beauté de papier glacé rongée par une folie domestiquée à grand peine.
La force du film – pour votre serviteur, le meilleur d’Ozon – tient d’abord au mariage parfaitement réussi entre le registre de la farce volontiers provocatrice – tous les personnages, en premier lieu Peter et Sidonie, sont excessifs en diable – et l’expression d’une sincère émotion des sentiments, décrivant parfaitement la profonde souffrance amoureuse qui déchire cet ogre cruel qu’est Peter. Ozon orchestre brillamment un très bel hommage, à la fois fidèle et original, au maître Fassbinder, sachant tirer la quintessence de l’œuvre, subversive autant que romantique, ne succombant jamais à la tentation du clin d’œil pour initiés, la seule citation directe du film initial étant l’apparition finale – et très émouvante – d’Hanna Schygulla, qui incarnait Karin il y a près de cinquante ans ! Ozon joue en virtuose du huis-clos (on sait depuis Huit femmes qu’il y excelle), et crée un écrin idéal pour ses acteurs – Denis Ménochet en tête, exceptionnel – qu’il suit et cadre au millimètre.