LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

ELVIS

Baz Luhrmann - USA 2022 2h40VOSTF - avec Austin Butler, Tom Hanks, Olivia DeJonge... Scénario de Baz Luhrmann et Sam Bromell.

Du 27/07/22 au 23/08/22

ELVISIl convient de rendre à César ce qui est à César et à Elvis Presley sa place à part dans l’Histoire du rock’n’roll – et plus précisément son rôle-clé dans la popularisation, jusqu’à un point de non-retour, de la musique noire américaine dans toutes les couches de la société. Juré-craché, nul besoin d’être un adorateur du King pour plonger avec ravissement dans les 2h40 de bruits et de fureurs (désen)-chantées mises en scène par un Baz Luhrmann qu’on n’a jamais connu aussi passionnant et qui n’a jamais déployé avec autant d’à-propos les extravagances décomplexées de son cinéma de fête foraine. Comme si son goût du grandiose, de l’étincelant, sa façon de faire du cinéma « en roue libre », étaient rattrapés et domestiqués par un sujet plus grand et plus fort que lui. Fidèle à son style flamboyant, à sa puissance visuelle, à son esthétique baroque, le réalisateur signe un film inspiré et nerveux, sur la gloire et la chute d’une légende américaine. Mieux qu’un biopic, il s’agit d’une allégorie sur l’Amérique des années 1950 à 1970 et le destin exceptionnel d’un petit gars de Tupelo (Mississippi). Mais l’histoire de son ascension et de sa chute va de pair avec sa collaboration mortifère, sa fusion toxique pourrait-on dire, avec son agent, le colonel Parker, qui en fit sa créature, sa machine à dollars, le super-héros de l’Amérique.

Ancien forain converti aux tournées de musique country, ce roi de l’entourloupe est d’emblée fasciné par le charisme du chanteur, nourri au gospel et au blues. Avec sa voix caverneuse et ses déhanchements suggestifs, Elvis fait se pâmer les filles, effraie les parents, déchaîne les passions et divise une Amérique en majorité conservatrice et puritaine. Il n’en faut pas plus pour devenir le King entre les mains de son manager de père et de Parker, qui invente pour lui le merchandising à grande échelle. Homme de nulle part, le colonel conduit d’une main de fer la carrière de son protégé, jusqu’à l’enfermer plusieurs années dans la cage dorée de Las Vegas qui sera son tombeau.

Visuellement épatant, parfaitement écrit et rythmé, la réussite du film tient pour beaucoup à la composition d’Austin Butler, d’autant plus crédible qu’il n’essaie à aucun moment de singer son modèle. Et puis, surtout, Elvis est un extraordinaire film musical. Qu’il s’agisse des séquences de bœufs dans les quartiers noirs (magnifiques) ou des reconstitutions des concerts, impossible de rester insensible au flot d’énergie qui transpire de l’écran.

(Merci à Jean-Luc Wachthausen)