LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

GERRY

Gus VAN SANT - USA 2002 1h43 VOSTF - avec Matt Damon, Casey Affleck... Scénario de Casey Affleck, Matt Damon et Gus Van Sant.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GERRYGus Van Sant a tourné Gerry en 2002, soit un an avant Elephant. Après plusieurs films réalisés à l’intérieur du système hollywoodien (Will Hunting, Psycho, A la recherche de Forrester), Gerry concrétisait pour Van Sant une rupture radicale, une échappée belle vers un cinéma libre de toutes contraintes de production, de narration, de star système, de box office. Et autant dire qu’il n’y est pas allé de main morte dans la liberté et l’expérimentation ! Gerry est encore plus radical qu’Elephant, car il n’y a même pas le prétexte du fait divers connu comme point de départ. Deux personnages et le désert, le ciel, la lumière, l’air… et basta ! Van Sant fait le pari d’un cinéma purement sensoriel et poétique.

Deux amis se surnommant mutuellement Gerry roulent au milieu d’un paysage aride et poussiéreux. Convaincus d’être près de leur destination finale, ils décident de poursuivre leur expédition à pied en s’engageant sur un sentier balisé.
Mais les deux voyageurs réalisent un peu tard qu’ils se sont égarés, qu’ils sont incapables de retrouver le chemin les ramenant à leur voiture. C’est alors que s’amorce une longue traversée dans l’immensité du désert : les deux hommes marchent pratiquement jour et nuit, n’échangent que peu de mots, hésitent à se séparer malgré une tension grandissante. Épuisés, déshydratés et surtout désespérés à l’idée de s’enfoncer davantage dans le désert, ils n’ont pourtant d’autre solution que de continuer à avancer, sans savoir s’ils vont arriver quelque part, sans savoir s’ils vont tenir longtemps, sans plus rien savoir du tout…
Dans de magnifiques paysages aux lumières changeantes, le cinéaste s’amuse à faire zigzaguer ses deux étranges personnages, alors que le spectateur ne sait rien de leur passé, de leur quête présente et des liens qui les unissent. Scénario et dialogues en grande partie improvisés au fil du tournage, composition remarquable d’un environnement singulier (un désert improbable, amalgame des vastes étendues de l’Argentine, de la Californie et de l’Utah), tension dramatique réduite au minimum alors que l’urgence d’une telle situation appelle souvent bien des clichés sur des affrontements brutaux, tout dans Gerry s’affiche de manière subtile et épurée. Van Sant crée ainsi un climat envoûtant et étrange, finement soutenu par la musique d’Arvo Pärt, utilisée avec parcimonie. Matt Damon et Casey Affleck proposent un jeu minimaliste en parfaite concordance avec le caractère quasi expérimental de cette aventure hors du commun.