LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

EN DÉCALAGE

(Très) Juanjo GIMÉNEZ - Espagne 2021 1h45 VOSTF - avec Marta Nieto, Miki Esparbé, Fran Lareu, Luisa Merelas... Scénario de Juanjo Giménez et Pere Altamira.

Du 03/08/22 au 23/08/22

EN DÉCALAGEDe l’héroïne de ce film troublant, nous ne connaitrons que l’initiale de son prénom : C. Rien d’autre, cette femme est un mystère. Solitaire, taiseuse, impénétrable. Et pourtant quel charisme ! Grâce évidemment à son interprète, la magnifique Marta Nieto, déjà admirée dans Madre de Rodrigo Sorogoyen – dont il ne faut surtout pas rater le formidable As Bestas, également au programme de cette gazette. Elle est de tous les plans, elle est magnétique.

C. est ingénieure du son, une conceptrice sonore talentueuse et reconnue, passionnée sinon obsédée par son travail. Elle découvre un jour qu’elle commence à se désynchroniser, si tant est qu’on puisse utiliser ce verbe en la circonstance. On sait bien qu’entre l’instant où un son est émis et celui où il est perçu par notre cerveau, du temps s’écoule. Mais il est infinitésimal, en-deça de notre conscience. Ici le décalage est palpable, mesurable. C. en est évidemment décontenancée, bouleversée. Et pour cause : dans son métier, cette courte suspension du temps est rédhibitoire, elle va être contrainte d’arrêter son activité. D’autant que, au fil des jours, le décalage grandit, devient un handicap… mais ouvre aussi des perspectives inattendues…
À partir de cette très intrigante idée de scénario, le film nous immerge avec finesse et sensibilité dans l’intimité de sa protagoniste principale, dont nous suivons avec empathie, au plus près de ses interrogations, de ses angoisses, de sa douleur, le lent cheminement vers la compréhension et peut-être l’acceptation de ce qui lui arrive.

On pense évidemment à quelques films dont l’intrigue tourne autour du son, de ses manifestations, de ses utilisations : Conversation secrète de Coppola, Blow out de De Palma ou le beaucoup moins connu Berberian sound studio de Peter Strickland. Mais En décalage impose en douceur un ton et une personnalité qui lui appartiennent, en cultivant l’intimisme et l’approche psychologique de plus en plus approfondie de son personnage, ce qui nous ramène tout naturellement à la performance remarquable de Marta Nieto.