LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

COUP DE THÉÂTRE

Tom GEORGE - GB 2022 1h45 VOSTF - avec Sam Rockwell, Saoirse Ronan, Adrien Brody, Harris Dickinson, Ruth Wilson, David Ayelowo... Scénario de Mark Chapell.

Du 14/09/22 au 11/10/22

COUP DE THÉÂTRESi vous n’avez pas fait l’acquisition d’une théière commémorative du mariage de Kate et William, si vous ne connaissez pas les quatre partenaires féminines qui se sont succédées auprès de Patrick Mac Nee dans la série Chapeau melon et bottes de cuir, si par conséquent vous n’êtes pas un anglomaniaque avéré, peut être cette information essentielle vous aura-t-elle échappé : Mousetrap (traduction française : La Souricière), de l’incontournable Agathe Christie, est la pièce de théâtre au monde qui totalise le plus grand nombre de représentations consécutives : plus de 25 000 qui font vivre depuis 1952 les scènes du West end londonien, quartier mythique du spectacle, équivalent britannique de Broadway ou des Grands Boulevards.

Coup de théâtre, le savoureux film de Tom George, nous ramène presque aux origines, plus précisément en 1953, alors qu’on s’apprête à fêter la centième représentation de Mousetrap. Aux côtés du jeune premier vedette Dickie Attenborough, on rencontre Melvyn Cooper-Norris, dramaturge fantasque et, tout droit venu d’Hollywood, Léo Kopernick, réalisateur particulièrement odieux pressenti pour adapter au cinéma la pièce à succès (apparition brève mais détonante d’Adrian Brody).
La première scène de la pièce se veut saisissante puisqu’elle présente la découverte d’une vieille dame étranglée… Mais c’est dans les coulisses, et plus précisément dans le vestiaire, que la réalité va dépasser la fiction quand on retrouve le corps sans vie de Léo Kopernick, le cinéaste américain, la tête doublement fracassée comme l’indiqueront les premières constatations : d’abord par un ski puis par une machine à coudre ! Un individu portant un chapeau mou aurait été aperçu… Entre alors en jeu un couple d’enquêteurs que tout oppose : l’inspecteur Stoppard, vétéran de guerre bougon, dépressif et alcoolique, et la constable débutante Walker, faussement ingénue, qui a toutes les peines du monde à imposer sa crédibilité professionnelle dans ces années cinquante ouvertement sexistes.
Nous sommes évidemment dans l’univers de la convention et du jeu permanent avec les clichés : le meurtre bien réel qui fait oublier le crime de fiction, le couple de détectives mal assortis, l’enquête en milieu clos… Mais l’intrigue est excellemment menée et réserve finalement plus de surprises que prévu (le final en particulier est très réussi), les dialogues sont brillants, l’humour est british à souhait, l’esthétique joue à merveille du carton pâte et de la ringardise délicieusement assumée, les acteurs sont tous impeccables (mention spéciale pour le couple de détectives incarnés par Sam Rockwell et Saoirse Ronan)… Si bien que ce Coup de théâtre se déguste comme un scone beurré trempé dans un Darjelling agrémenté d’un nuage de lait : avec gourmandise.

Et pour conclure nous reprendrons pour vous la réplique finale de la pièce d’Agatha Christie jouée depuis désormais 70 ans au théâtre : « Chers spectateurs, complices du crime, merci d’être venus. Et de ne pas révéler l’identité du meurtrier… »