LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

REVOIR PARIS

Alice WINOCOUR - France 2022 1h45 - avec Virginie Efira, Benoît Magimel, Grégoire Colin, Maya Sansa, Amadou Mbow, Souleymane Touré... Scénario d’Alice Winocour et Jean-Stéphane Bron.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

REVOIR PARISSi Revoir Paris, le film cathartique d’Alice Winocour, laisse à ce point muet de saisissement, il le doit à la finesse de son écriture, à la maîtrise de sa mise en scène et à la pertinence de son point de vue. Mais disons-le d’emblée, il le doit aussi en grande part à la prestation de Virginie Efira, de tous les plans, qui livre là une interprétation magnétique, impressionnante. Sobre, précise, elle incarne Mia, traductrice de son état, qui par un enchaînement de hasards d’une grande banalité, comme seule la vie est capable de les scénariser, s’est retrouvée un soir d’orage coincée dans une brasserie parisienne où elle n’avait aucune raison de se trouver, prise au cœur d’un événement qui n’aurait jamais dû s’y produire. Un groupe d’hommes armés qui font irruption dans la salle du restaurant, une fusillade de quelques minutes qui durent une éternité ; et une somme de gestes, de réflexes, d’attitudes, de rencontres et de hasards encore, de miracles pourquoi pas, qui font que Mia survit au massacre. Et puis, à partir de là, le black-out. Virginie Efira ne « joue » pas Mia. Meurtrie, blessée lors de l’assaut, physiquement réparée depuis, elle promène son regard changé sur le monde – lequel, contre toute attente, continue imperturbablement de tourner.



En choisissant de chroniquer factuellement, longtemps après le drame, le ressac du traumatisme, Alice Winocour trouve le ton juste, ni trop sec, ni trop émotionnel. Elle évacue le spectaculaire pour se concentrer sur le long et lent travail de mémoire de Mia. La séquence initiale de l’attentat, nécessaire, indispensable, est d’autant plus forte qu’elle n’en montre rien d’autre que ce qu’en perçoit – et tentera de s’en souvenir – son héroïne, filmée au ras du sol où elle a plongé. Courte et brutale, la violence est intelligemment laissée hors-champ, seulement suggérée par les cris, les bruits des rafales de mitraillettes, l’essentiel étant de faire ressentir l’effroi, l’irrémédiable basculement, la perte de repères et rendre perceptible le réflexe vital de chacun, qui mène qui à l’amnésie, qui à l’affabulation… Toutes sensations, tous sentiments qui défilent et se lisent sur le visage de l’actrice.
Avec dureté, avec incompréhension, refusant de se considérer comme une victime, Mia est simplement un peu plus consciente désormais de la fragilité de son existence, consciente également de la grande injustice qui l’a faite rescapée. Elle scrute et élague sans états d’âme les branches molles de sa vie – sa relation de couple par exemple, routinière, sans aspérités, et tant pis pour les dégâts collatéraux de ce ménage salutaire. Elle reste dans un premier temps fermement décidée à laisser dans les limbes les fragments de souvenirs qui se sont d’eux-mêmes dissous de sa mémoire. Il faut encore un petit coup de pouce du hasard – repasser incidemment devant la brasserie – pour enclencher réellement le processus. Échanger, raconter, découvrir en elle un besoin qui se fait chaque jour plus impérieux de reconstituer le puzzle des événements. Et pour cela retrouver la trace de ses compagnons d’infortune, anonymes, porteurs des fragments manquants. En filigrane, Alice Winocour dresse le portrait de la société française, ses bourgeois, ses petites gens, ses exclus, ses travailleurs précaires, sans papiers et sans droits… Tout un chacun peut se retrouver pour une raison ou pour une autre dans une salle de concert, dans un stade de foot, dans un restaurant. Tout un chacun peut être concerné, touché, la société ne se morcelle pas si facilement. Mia tombe peu à peu son masque d’impassibilité et, gagnée par l’urgence, finit par faire du traumatisme collectif une affaire personnelle. À pied, à moto, elle se lance dans une course effrénée après les témoins dans les rues de la capitale, le vent s’engouffre dans son blouson et ses cheveux. Pour se reconstruire, et, enfin, s’apaiser, recommencer à rire, danser, aimer. « Le vent se lève. Il faut tenter de vivre ».