LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

LA MORT D’UN BUREAUCRATE

Tomas GUTIÉRREZ ALEA - Cuba 1966 1h24 VOSTF - avec Salvador Wood, Silvia Planas, Manuel Estanillo, Gaspar De Santelices... Scénario d’Alfredo L. Del Cueto, Ramon F. Suarez et Tomas Gutiérrez Alea, sur un argument de Mario Ganzalez.

Du 28/09/22 au 11/10/22

LA MORT D’UN BUREAUCRATEC’est une satire aussi féroce que réjouissante des tares naissantes du régime castriste, réalisée par une figure centrale du cinéma cubain. Pour ne citer que quelques titres de référence, Tomas Gutiérrez Alea, disparu en 1996, est l’auteur de La Ultima cena (1976), Fraise et chocolat (1993) et Gantanamera (1995).
Tout commence par les obsèques officielles d’un « prolétaire exemplaire et bien plus encore » qui a bien mérité de la nation puisqu’il a inventé, « dans sa ferveur révolutionnaire », une machine à fabriquer des bustes commémoratifs à la chaîne : ceux de José Matti, héros de la guerre d’indépendance contre les Espagnols… Ironie du destin : Francisco est mort broyé par la glorieuse machine qu’il a créée !
Après les obsèques, la veuve découvre que son défunt a été enterré avec son livret de travail, indispensable viatique pour se faire établir une pension. Une seule solution : exhumer la dépouille du détenteur du livret ! C’est le neveu qui sera chargé d’obtenir l’autorisation d’exhumation. Début d’une course d’obstacles, d’un ministère à l’autre. Tel un Joseph K., le jeune homme se heurte à l’ignorance et à l’incompétence satisfaite des bureaucrates à cheval sur le règlement. Faute d’autorisation adéquate, il devra s’entendre avec des fossoyeurs serviables pour une exhumation nocturne. Mais il n’est pas au bout du casse-tête kafkaïen, loin de là !

Subversion de l’humour noir, avec clins d’œil au passage à Chaplin et Buñuel. Commentaire de Gutiérrez Alea, au moment de la sortie de son film à Cuba : « La plupart des bureaucrates ne se sentent pas visés ni même concernés. Au mieux, ils y découvrent le portrait du voisin, pas le leur. Fidel Castro a vu mon film, lui aussi. Il s’est beaucoup amusé, m’a-t-on dit… ». Victimes de la bureaucratie de tous les pays, unissez-vous ! (Merci à M. Boujut,(Merci à M. Boujut, Charlie-Hebdo)