LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

UN BEAU MATIN

Écrit et réalisé par Mia HANSEN-LØVE - France 2022 1h52 - avec Léa Seydoux, Pascal Greggory, Melvil Poupaud, Nicole Garcia, Camille Leban Martins...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN BEAU MATINUn beau matin partage avec nous un certain sentiment de la vie, une certaine lumière sur les choses, en nous racontant nos riches vies banales. Avec douceur, le film met en scène deux élans contradictoires, deux mouvements primordiaux opposés qui cohabitent sans heurts, traités tous deux avec autant d’attention et d’intérêt : la maladie incurable d’un parent, et la naissance d’un amour.
Nous suivons Sandra, une jeune femme qui élève seule sa fille. Son père, Georg, ancien professeur de philosophie en classe préparatoire, souffre d’une maladie dégénérative rare (Pascal Greggory est époustouflant), laquelle porte atteinte à ce qu’il a de plus cher et lui interdit son plus grand plaisir : la lecture, les mots, la clarté d’un raisonnement. Aujourd’hui c’est même de son autonomie qu’elle le prive, et les venues quotidiennes de Sandra n’étant plus suffisantes, il va s’agir pour elle et sa famille de lui trouver une place dans un EHPAD à la fois convenable, confortable et abordable. Pas facile.
Et puis il y a les retrouvailles imprévues avec Clément, un vieil ami. Avec lui, ce qui s’était endormi depuis longtemps chez elle va fleurir à nouveau, spontanément et avec grâce. Pourtant la relation n’est pas si simple, mais Sandra est du côté de la vie et choisit de l’embrasser, au présent, et de prendre les choses comme elles viennent.
Alors jour après jour, le sac accroché aux épaules, elle endosse toutes les responsabilités qui lui incombent, les unes après les autres, avec tranquillité : sa fille, son travail, son père, son amant, sa place dans la famille. Car autour de Georg, c’est toute une famille qui gravite : il y a Leïla son bel amour, son ex-femme Françoise et son compagnon, et leur deux filles : Sandra donc, et sa sœur.



Si une bienveillance à toute épreuve teinte le film, les choses n’en sont pas moins dites. Un beau matin ne souffre d’aucune complaisance. Ici rien n’est flatté, nul n’est héroïque. Simplement les pentes sont douces. Sans excès, même quand les choses se vivent intensément. Sans pathos, même quand la tristesse nappe tout l’espace. D’ailleurs Georg, plus que sa dignité, conserve, à l’image du film, son élégance. Malgré son dénuement, quelque chose de bien à lui subsiste, une politesse, une sérénité, une façon unique d’être au monde et de dire les choses. Et de fait c’est ce que fait la réalisatrice : délicatement elle nous raconte à sa manière ces étapes cruciales et universelles, au détour des riens qui constituent la vie, de tous ses moments en creux. Et miraculeusement, ça marche : sans surenchère dramatique, chaque idée, chaque scène trouve son rythme et fonctionne parfaitement. Sans doute est-ce aussi parce que la simplicité de ce qui est mis en scène n’est pas pour autant privée de complexité, ni d’ambivalence. C’est par exemple la tristesse bouleversante contenue dans le sourire de Sandra à la lecture d’un texto (Léa Seydoux, une fois de plus, est absolument éblouissante).

Par ailleurs on saluera l’élargissement de la famille considéré comme acquis : au rencart les amertumes, rivalités et autres jalousies dévastatrices entre les ex, les enfants et les nouveaux compagnons. À l’instar de plus en plus de fictions françaises, Un beau matin montre la plasticité de la famille comme un fait accompli : chacun jouit de sa place légitime et contribue à la construction et à la solidité de la famille, qui peut s’agrandir et se ramifier à l’infini.
Filmé en pellicule 35 mm, qui donne à l’image son grain et sa chaleur incomparables, dans un Paris qui serait un grand village, Un beau matin touche aussi par sa patience, laquelle fait naître une forme d’empathie à la fois pleine et distante. Non sans humour et légèreté, Mia Hansen-Løve filme au final rien de moins que l’amour et la lumière qui nous unissent les uns aux autres. C’est fragile et magnifique.