LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
Nous pouvons organiser des séances à la carte pour vos classes, en matinée. Vous trouverez une liste des films programmables sur notre site internet, rubrique « Jeune public et scolaires »/ “D’AUTRES FILMS POUR LES SCOLAIRES”  Pour les maternelles : Zébulon l...

La Ménardière : un habitat partagé en construction…
À Bérat, à mi-chemin entre l’Ariège et Toulouse, la Ménardière est un beau domaine aux multiples possibilités. Acquis en 2019 par une douzaine de personnes au bord de la retraite qui refusaient le destin peu folichon, que nos sociétés réservent à leurs vieux : ni solution privée au coût e...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

GHOST DOG, the way of the samouraï

Jim Jarmusch - USA/France/Allemagne/Japon 1999 1h56 VOSTF - avec Forest Whitaker, John Tormey, Cliff Gorman, Isaach de Bankolé, Camille Winbush...

Du 10/01/23 au 28/01/23

GHOST DOG, the way of the samouraïGhost Dog, dès les premières images rythmées par un rap tranquille, c’est d’abord le personnage hors du commun qui donne son nom au film : un grand Noir tueur professionnel, icône fantômatique à lui tout seul des minorités peuplant ce bas monde, les Noirs et les Indiens, et puis les derniers ours bruns… Son corps massif, trop encombrant, trop imposant, on le dirait de marbre… pourtant c’est à la manière d’un funambule qu’il traverse le film : sans un bruit, avec légèreté, comme un flottement… Ghost Dog semble depuis longtemps être ailleurs que dans ce monde où il fait son boulot avec une efficacité radicale… Il habite au dessus de la ville, loin des hommes : dans une cabane, sur le toit d’un immeuble abandonné qui abrite une immense volière à pigeons. De là-haut, entre deux missions, il prie et s’entraîne à la manière des samouraï : entre une pensée zen et un coup de sabre fendant l’air, il médite les préceptes d’un ancien texte japonais qu’il a fait sien… Quand il redescend dans la rue pour travailler, il devient fantôme et se fond dans la ville. Il n’a qu’un employeur, un mafieux italien sur le retour, qui eut un jour la bonne idée de lui sauver la vie. Depuis, ils communiquent par pigeon voyageur interposé et ses contrats de l’année lui sont réglés en une seule fois : au premier jour de l’automne…
Suite à une mission plus foireuse que les autres, Ghost Dog se retrouve avec une famille mafieuse rivale à ses trousses. Commence alors une drôle de poursuite entre le loup solitaire et les requins…

Un film à la croisée des genres, en état d’apesanteur, sur les pas d’un Forrest Whitaker époustouflant, fantôme naviguant dans la même barque que Dead man, en attendant d’atteindre on ne sait trop quelle autre rive…