LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

UTOPIA PALMER LANCEMENT D’UN FINANCEMENT PARTICIPATIF
Pour un cinéma alternatif et vivant, sur les hauteurs du parc Palmer à Cenon, petite ville de 30 000 habitants faisant partie de Bordeaux Métropole.À l’heure où les professionnels cherchent désespérément la recette miracle du « retour du public en salles », entre prestations...

Soutenez Utopia Palmer

ANATOMIE D’UNE CHUTE

Justine TRIET - France 2023 2h31 - avec Sandra Hüller, Swann Arlaud, Milo Machado Graner, Samuel Theis... Scénario de Justine Triet et Arthur Harari. Palme d’Or - Festival de Cannes 2023.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ANATOMIE D’UNE CHUTEQu’on se le dise, Anatomie d’une chute, d’une intelligence rare, mérite amplement tous les honneurs et superlatifs qui le comblent. Et, ce n’est pas si fréquent, il a déclenché l’enthousiasme unanime de notre petite délégation utopienne au Festival de Cannes. Y compris auprès des plus allergiques d’entre nous (il y en a…) aux films de procès – genre passionnant s’il en est, mais qui peut facilement, par ses répétitions, son rythme dolent, générer un certain ennui. Or Justine Triet déjoue brillamment tous les pièges et, redisons-le : Anatomie d’une chute est en tous points passionnant, troublant, fort, saisissant.

Tout commence dans un chalet niché dans les Alpes françaises, où vit Sandra, écrivaine à succès. Elle y reçoit Zoé, une étudiante venue l’interviewer. Un petit jeu intellectuel et badin se noue entre elles, l’intervieweuse devient l’interrogée, Sandra s’amusant à déstabiliser gentiment son invitée. Lorsque résonne soudainement, à l’étage supérieur, une musique assourdissante. Sans se départir de son calme enjoué ni se montrer incommodée, Sandra explique à Zoé que Samuel, son mari universitaire, aime travailler en musique. Mais il paraît évident que l’entretien doit être écourté et, troublée, la jeune fille s’en va sur une vague promesse de nouveau rendez-vous. Au retour d’une longue marche avec son chien, Daniel, le jeune fils malvoyant de Sandra et Samuel, butte presque sur le corps de son père, qui gît devant le chalet, le crâne ensanglanté.



Cette scène originelle sera vue, revue, moult fois re-racontée, reconstruite et disséquée sous tous les angles, passée au crible de toutes les analyses policières, scientifiques et psychologiques, pour tenter d’en percer l’innommable mystère : Samuel est-il tombé seul du deuxième étage ? La femme de lettres a-t-elle commis un crime ? Ce couple envié d’intellectuels battait-il de l’aile ? Et d’ailleurs, qu’est-ce au juste qu’un couple, qu’est-ce qui en fait le ciment, la valeur, aux yeux de la justice ? Et quel rôle peut avoir un enfant presqu’aveugle dans la résolution de cette histoire, forcément compliquée, d’adultes ?
Une fois l’hypothèse de l’accident doctement écartée par les « experts », il ne reste pas trente-six solutions : c’est soit un suicide, soit un meurtre – éventuellement provoqué accidentellement. Sandra, assistée par un ami avocat (excellent Swann Arlaud), se retrouve donc un an plus tard en Cour d’assises, face à un avocat général retors (non moins excellent Antoine Reinartz).
Ce n’est de toute évidence pas la divulgation de la vérité par les débats qui intéresse Justine Triet. Elle prend même un malin plaisir à nous balader d’une hypothèse à une autre, nous faire douter, au même rythme que les protagonistes, enchaînant les rebondissements au gré d’une mise en scène en immersion virevoltante. C’est prenant, parfois jubilatoire, et on vous met au défi de ne pas vous passionner pour ce petit jeu de Cluedo® familial – mais ce n’est pas ici l’essentiel. Ce qui est passionnant, c’est la dissection du couple de Sandra et Samuel, digne d’une entomologiste, qu’opère la réalisatrice. Cerner cet état commun, immatériel, impalpable, dans lequel chacun peut détenir sa vérité… et in fine arriver à percevoir ce qui a entraîné sa chute, le titre du film prenant un double sens. Comment un homme à l’existence ordinaire peut supporter de vivre le parcours de sa femme à qui tout réussit sans que la jalousie et la rancœur s’installent ? À quel point l’amour libre peut-il être accepté par l’autre ? Ambition professionnelle, liberté sexuelle, autant de valeurs que l’on accepte couramment pour les hommes mais qui peuvent être des éléments d’accusation pour une femme. Porté par l’exceptionnelle Sandra Hüller, le film de Justine Triet s’émancipe de son strict « genre » (l’enquête, le procès) pour prendre une dimension de plaidoyer féministe, puissant, brillant. On en reste secoué longtemps après la projection.