AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

LES PISTOLETS EN PLASTIQUE

Réalisé par Jean-Christophe MEURISSE - France 2024 1h36 - avec Laurent Stocker, Delphine Baril, Charlotte Laemmel, Gaëtan Peau, Anthony Paliotti, Nora Hamzawi, Jonathan Cohen, Vincent Dedienne, Aymeric Lompret, Philippe Rebbot, Romane Bohringer...

Du 26/06/24 au 23/07/24

LES PISTOLETS EN PLASTIQUENom d’un petit bonhomme, voilà qui va vous décrocher la mâchoire. De rire, d’ébahissement, de stupeur et, comme disait l’autre, de tremblements. Après Apnée, manifeste d’irréalisme poétique en forme de road movie libertaire, après Oranges sanguines, charge féministo-tarantinesque aussi vengeresse que décapante, le trublion du cinéma d’improvisation Jean-Christophe Meurisse – par ailleurs fondateur et meneur de la troupe de théâtre Les Chiens de Navarre, dont font partie les deux impayables comédiennes principales du film : Delphine Baril et Charlotte Laemmel – apporte une nouvelle pierre à sa filmographie satirique. Satire qui n’a rien à envier en termes de drôlerie féroce, de beauté rageuse, de déconographie maîtrisée et de méchanceté ravageuse aux plus belles pages des romans-photos du Hara-Kiri / Charlie Hebdo de la grande époque – celle des Choron, Cavanna, Wolinski, Gébé… qui ne se prenaient alors pas pour de doctes moralisateurs, mais revendiquaient leur goût de sales gosses pour le torpillage sans sommation des travers franchouillards de la société giscardo-pompidolienne. De Pompidou à Macron il n’y a qu’un pas, que revendique d’ailleurs ce dernier à grand renfort de comparaisons flatteuses à son endroit sur la conception « française de la modernité ». « Modernité mon cul », répondrait Zazie. En 2024 Meurisse lui emboite le pas et, dégainant ses pistolets en plastique, tire à vue et dans le tas.

Et quoi de mieux pour mettre en marche sa machine à dézinguer la bienséance et le narratif conventionnel que de s’appuyer sur LE fait-divers-de-société qui, depuis des lustres, tient le haut de l’affiche et en haleine le lecteur du Nouveau Détective, l’auditeur d’Affaires Sensibles, le téléspectateur friand de sensationnalisme sanglant – j’ai nommé l’Affaire Dupont de Ligonnès ? Affreuse histoire, appelée aussi la « tuerie de Nantes », on le rappelle pour les ermites, les amnésiques, les miraculés sortis d’un coma long ou les enfants de moins de dix ans (que faites-vous là !?!) : quatre enfants et leur mère assassinés et enterrés dans le jardin familial, le père et principal suspect aussitôt envolé et depuis totalement introuvable, considéré comme « l’homme le plus recherché de France » depuis presque quinze ans. D’aucuns prétendent régulièrement l’avoir « aperçu » par-ci par-là, réveillant incontinent la machine médiatique, mais il est encore et toujours insaisissable.
Rebaptisée Affaire Paul Bernardin pour les besoins du film (sait-on jamais, des fois que le principal intéressé intente un procès en diffamation…), c’est l’épicentre du cyclone hilarant autour duquel le réalisateur met en place son petit théâtre de l’absurde et de la cruauté du quotidien. On y croise pêle-mêle deux enquêtrices-facebook web-diplômées, un couple de médecins légistes, le bien-nommé Zavatta, profileur (presque) infaillible en vacances, une future mère qui réveillerait les instincts sanguinaires d’un séminariste sous Prozac®, des flics suédois bienveillants à la violence peu conventionnelle, un danseur de country promu suspect no1, un tueur en fuite, une voisine salement décomplexée – et une ribambelle d’autres… Il ne manque (et on n’en est même pas certain) que trois fleurs, un oiseau, vingt-deux fossoyeurs, un amour et le raton laveur. Comme en roue libre dans le bac à sable, la petite armada de comédiens venus se prêter au jeu du ping-pong improvisé s’en donnent à cœur-joie – et, de saynète en saynète, leur plaisir est communicatif. On jubile de les voir caricaturer à outrance nos petits et grands travers : dans ce joyeux chamboule-tout cinématographique, chacun en prend pour son grade, personne n’est épargné. Vous êtes prévenus : c’est foutraque, c’est méchant, c’est parfois à la limite de l’écœurement – mais c’est pour de rire !