AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

Séance le lundi 1er juillet à 15h en présence du réalisateur Gaël Kamilindi, également comédien à la Comédie-Française,

DIDY

Gaël KAMILINDI et François-Xavier DESTORS France, Suisse, Rwanda 2024 1h25
avec Kayije Kagame. Une coproduction Adok Films, CPB Films et IYUGI Productions

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


Gaël Kamilindi, acteur de la Comédie française d’origine rwandaise, n’avait que cinq ans lorsque sa mère, Didy, est morte. Les souvenirs de sa présence se sont depuis perdus dans la fureur des guerres civiles, du génocide et du sida qui ont ravagé le Burundi puis le Rwanda et qui ont précipité son exil vers la Suisse. En revenant au Rwanda trente ans plus tard, il se risque à rouvrir les pages de son histoire familiale en partant à la rencontre de celles et ceux qui ont connu sa mère.
Tout au long du film, nous suivons les différentes étapes de la vie de sa mère à travers les témoignages de ses tantes, amis, ainsi que des visites de lieux significatifs, tels que la prison où Didy a été emprisonnée parce qu’elle était Tutsi.
« Je voulais voir, sentir, apprivoiser ce pays que je porte sur ma peau. J’ai compris que ce chemin serait long. L’exil, le déracinement, la filiation, la transmission sont des sujets qui obsèdent toute une génération de Rwandais de l’étranger, surtout ceux qui comme moi sont des enfants de « l’après génocide ».
Les témoignages poignants des proches offrent un aperçu de l’Histoire pré-génocidaire de la deuxième moitié du vingtième siècle du Rwanda. L’histoire de Didy se mêle également à leur histoire en tant que survivants du génocide, ainsi qu’à celle des victimes, comme le père de Didy et une de ses sœurs tuées. Cependant, ce film exhume la vie de Didy au-delà des discriminations. Il fait le portrait d’une femme remplie d’amour, de joie de vivre et de détermination dans une période sombre de l’Histoire de son pays.
Outre l’aspect historique, le film explore la quête d’identité de Gaël Kamilindi, ainsi que la question du deuil dans un contexte très particulier, puisque Gaël n’a pas de tombe devant laquelle se recueillir, ni de souvenir précis de sa mère.
« En tant que comédien, nous passons justement notre temps à incarner des fantômes. À la fois d’ici et de là-bas, nous portons nos ancêtres sur nos épaules ».

Gaël Kamilindi joue dans Hécube, pas Hécube le spectacle mis en scène par Tiago Rodrigues, du 30 juin au 16 juillet (relâches les 3 et 10).