LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ma classe au cinéma
ENSEIGNANTS, ENSEIGNANTES, vous pouvez d’ores et déjà inscrire votre classe pour le parcours Ma classe au cinéma, proposé aux élèves de la maternelle à la terminale. Ce programme propose aux élèves de découvrir des œuvres cinématographiques en salle et de se constituer ainsi, grâce au...

123 soleil, des nouvelles !
Cette association est née il y a 5 ans autour d’une table du café d’Utopia avec l’idée de créer des rencontres entre des jeunes migrants nouvellement arrivés à Avignon et des autochtones, spectateurs d’Utopia essentiellement. La recette : un dimanche, de préférence ensoleillé, un...

DOUCES TERRES
Partout en Vaucluse des collectifs osent défier les décideurs, industriels, présidents d’interco, aménageurs et même l’État, contre la bétonisation des terres agricoles et naturelles. Ils remettent en cause l’aménagement du territoire qui contient trop de projets écocides.Ils se battent, avec leurs ...

SOLIDARITE UKRAINE : LE FRANÇAIS LANGUE DU CŒUR.
Aux images insoutenables qui nous parviennent d’Ukraine s’ajoutent l’exil et l’afflux d’une population traumatisée qui fuit les horreurs de la guerre. Des centaines de réfugiés sont attendus dans notre département et la qualité de l’accueil signifie aussi de leur apporter une bonne maîtrise des base...

BEYROUT À BOUT DE SOUFFLE. Un regard sur le cinéma contemporain libanais

Du 07/03/22 au 08/03/22

Le cinéma libanais est profondément marqué par les guerres et conflits. De par le contexte politique, économique et social, les réalisateurs ont souvent recours au réalisme dans leurs films. Ce réalisme est celui d’un pays à bout de souffle dont on dit que son peuple est résilient. Mais qu’est-ce au juste cette résilience si ce n’est l’impossible renoncement à vivre dans un État de droit ? Les films présentés dépeignent la complexité d’un pays où l’intime et le politique sont intimement liés et où la vie finit toujours par prévaloir.

Ces séances sont organisées en collaboration avec l’École d’Art d’Avignon (ESAA) dans le cadre de la programmation Quartet en mars. Elles seront accompagnées par Sirine Fattouh, instigatrice du projet, artiste, vidéaste, enseignante à l’ESAA en art vidéo.

Vente des places à partir du 24 février. Le lundi 7 mars sera également présent Michel Tabet, réalisateur de Habiter Beyrouth : anthropologie d’un désastre.


  • Du lundi 7 au mardi 8 mars
    Le cinéma libanais est profondément marqué par les guerres et conflits. De par le contexte politique, économique et social, les réalisateurs ont souvent recours au réalisme dans leurs films. Ce réalisme est celui d’un pays à bout de souffle dont on dit que son peuple est résilient. Mais qu’est-ce au juste cette résilience si ce n’est l’impossible renoncement à vivre dans un État de droit ? Les films présentés dépeignent la complexité d’un pays où l’intime et le politique sont intimement liés et où la vie finit toujours par prévaloir.

    Ces séances sont organisées en collaboration avec l’École d’Art d’Avignon (ESAA) dans le cadre de la programmation Quartet en mars. Elles seront accompagnées par Sirine Fattouh, instigatrice du projet, artiste, vidéaste, enseignante à l’ESAA en art vidéo.

    Vente des places à partir du 24 février. Le lundi 7 mars sera également présent Michel Tabet, réalisateur de Habiter Beyrouth : anthropologie d’un désastre.

    BEYROUT À BOUT DE SOUFFLE. Un regard sur le cinéma contemporain libanais

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Lundi 7 mars à 18h En présence du cinéaste Michel Tabet et de Sirine Fattouh. BRISÉS : BEYROUTH 6.07 Carol MANSOUR Liban 2021 16mn « Après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, je ne voulais pas parler de moi à la première personne, mais du moi collectif. Le film est un cri de douleur qui fait place aux témoignages des blessés et de ceux qui ont survécu. Ce sont leurs voix que je transmets. » THOSE STILL STANDING (Ceux qui sont encore debout) Carol MANSOUR Liban 20... (lire la suite)