Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Siné Mensuel à poil !
Le journal qui fait mal et ça fait du bien. En un mot comme en cent, on est dans la merde ! On perd un peu plus de fric à chaque numéro.On ne va pas vous mentir, comme le font tous nos hommes politiques de gauche ou de droite, on touche aujourd’hui, après trois ans, le fond de nos fouilles. À te...

Bordeaux en transition
Le collectif Bordeaux en transition vous invite Lundi 15 Décembre à la première assemblée plénière pour la constitution de l’association : RDV à 18h30 à Darwin éco-système (la salle sera indiquée), 87 Quai des Queyries à BordeauxAu programme : Bilan du forum ouvert du 23 Novembre, Présentation d...

LES SÉANCES « BÉBÉ » de Décembre-Janvier
Les séances estampillées « Bébé » dans les grilles horaires sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveau-né, et se faire une toile pendant qu’il roupille tranquillement dans leurs bras (on met le son un peu moins fort pour l’occasion). Ces séances sont évidemment ouvertes aux ...

TAFTA : DES NOUVELLES ET DES ANNONCES
Vous vous souvenez ? Le 20 Mai 2014, à Utopia, nous lancions le Collectif girondin de lutte contre le Grand Marché Transatlantique que nous appelons TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement). Cet accord de libre échange, négocié entre l’Union Européenne et les États-Unis, dans le plus grand se...

Pour Noël : Abonnez-vous, rabonnez-vous, offrez des abonnements en abondance…
À Utopia bien sûr : 48 euros le carnet de 10 places, non limité dans le temps, se partage à plusieurs… mais aussi à Politis, à Médiapart, au Monde Diplomatique, à Manière de voir, à Siné Mensuel, à Charlie Hebdo… autant de cadeaux pas très chers, qui ont le mérite d’accompagner l’heureux bénéfic...

L'ÉTRANGÈRE

(Die Fremde) Écrit et réalisé par Feo ALADAG - Allemagne 2010 1h57mn VOSTF - avec Sibel Kekilli, Settar Tanriögen, Derya Alabora, Florian Lukas... Meilleur Film et Meilleure Actrice, Festival de Tribeca 2010 • Prix du Public, Festival du film de femmes de Créteil et Festival Premiers Plans d’Angers • 8 récompenses aux German Film Awards, les César allemands.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ÉTRANGÈREIl est fort probable que ce film formidable, narrant la lutte d’une jeune femme turque pour son émancipation, va hérisser les poils des barbus (je ne parle évidemment pas des sosies de Sébastien Chabal mais bien de ceux qui arborent leur barbe comme un signe religieux) et autres réactionnaires qui ne jurent que par les valeurs de la famille musulmane traditionnelle… Pourtant les islamophobes, de droite comme de gauche (puisque désormais l’islamophobie semble devenir pour les démagogues de tous bords un programme politique), en seront pour leurs frais, tant L’Étrangère est avant tout un plaidoyer bouleversant pour la main tendue en toutes circonstances, loin de tout manichéisme putride qui voudrait faire des Musulmans (ici d’origine turque) de dangereux obscurantistes.

Au cœur du film, omniprésente à l’écran durant deux heures, telle une étoile qui va illuminer ou assombrir nos cœurs et nous laisser totalement essorés d’émotion, il y a Umay, une jeune femme turque qui a grandi en Allemagne, qui vient de se marier avec un beau gosse d’Istanbul, et d’avoir de lui un adorable bambin aux yeux immenses. Toute la famille de son mari a l’air plutôt aimante et bienveillante envers elle. Le seul problème – et pas des moindres ! – c’est que le beau mari a la baffe facile et quand le pauvre gamin lui tape sur les nerfs pour une raison anodine, il finit enfermé dans un placard… Et face à l’autorité du mâle dominant, toute la famille s’incline… Umay, après avoir accepté pendant un temps les coups et les relations sexuelles forcées, finit par se dire que seule la fuite peut les sauver, elle et son fils. Elle saute donc dans le premier bus puis le premier avion pour rejoindre sa famille à Berlin…
Mais très vite, pour ses parents, pour ses frères et sœur, la joie de la revoir cède la place à l’embarras, puis à l’angoisse du qu’en dira-t-on. Et la pression sociale au sein de la communauté turque fait son chemin : au début, c’est le père qui doit affronter quelques regards réprobateurs à la mosquée, puis ce sont les frères qui entendent des propos insultants (parce que pour certains hommes, une femme qui a quitté son mari ne peut être que de mauvaise vie), jusqu’à ce que la sœur cadette voie ses fiançailles brutalement rompues par la famille du promis… Et Umay se trouve bientôt contrainte de choisir entre la soumission à des règles imbéciles et la rupture avec les siens pour conquérir sa liberté, au prix fort…

Ce qui est infiniment beau dans L’Étrangère, c’est que la réalisatrice Feo Aladag (très connue en Allemagne pour être scénariste et actrice de la célèbre série policière Tatort) a su parfaitement montrer que, au sein de la famille, chacun est victime d’un carcan social dont il ne peut s’échapper. Car Umay aime profondément ses proches, même quand ils semblent lui montrer une totale incompréhension. Quant à son père, sa mère et même ses frères parfois violents, ils sont déchirés entre l’amour profond qu’ils portent à Umay et le devoir qu’ils s’imposent pour sauvegarder leur « honneur », comme dans une tragédie grecque où le destin des hommes et des femmes est écrit et ne peut changer.
Chacun des personnages de la famille, ciselé au millimètre, est bouleversant de justesse et de complexité et compose la réalité multiforme de ces générations d’origine turque installées en Allemagne, sans jamais avoir la prétention d’en faire un exemple sociologique. Mais le film est surtout porté par l’exceptionnelle interprétation de Sibel Kekilli, actrice sublime révélée dans le superbe Head On de Fatih Akin. Sibel Kekilli qui depuis récolte les prix d’interprétation comme on récolte les fleurs de cerisier le printemps venu. Sibel Kekilli au destin unique, qui fut violemment rejetée par sa communauté pour avoir participé dans sa jeunesse à quelques films X et qui désormais milite à Hambourg au sein de « Terre des Femmes », une association qui lutte contre les violences faites aux femmes musulmanes.