Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Deux petits livres épatants en vente à la caisse du ciné
Sexy, Linky ?de Nicolas Bérard - 4 euros (Ed. Le passager clandestin)En collaboration avec la Librairie La Machine à lire Au fil d’un récit vif, entraînant et plein d’humour, Nicolas Bérard, journaliste de L’Âge de faire, retrace l’enquête qu’il a menée sur le déploiement à marche forcée du comp...

Le Bassin à flots, quelle galère !
Bon, je sais : difficile d’être audible dans le grand barnum électoral qui sévit actuellement autour de nous. Mais, faut-il le rappeler, nous avons un petit problème qui menace à moyen terme, disons trois ou quatre ans, l’existence même d’Utopia à Bordeaux. Il s’agit, on...

Misère, misère…
C’était bien la peine de se débarrasser de ce troupeau de vieilles badernes qui nous bouchaient la vue pour se retrouver aujourd’hui avec comme seul choix présidentiel possible : un blanc bec néolibéral qui fit ses classes chez un banquier et une fille à papa méchante comme la gale, dont le pate...

LE MISANTHROPE
LA COMÉDIE FRANÇAISE AU CINÉMA POUR DES SÉANCES SCOLAIRESLa Comédie Française innove en proposant, à l’intention du public scolaire, des spectacles filmés, choisis parmi les grandes productions de sa saison. Le deuxième spectacle choisi est « LE MISANTHROPE » de Molière, mis en scène par Clément...

Cours d'arabe et soutien humanitaire
Tel le colibri, cher à Pierre Rabhi, l’association Salam tâche « de faire sa part »… depuis 2003 Salam organise des cours d’arabe à Bordeaux, cours payants qui génèrent chaque année un pécule intégralement investi dans des actions humanitaires au Maroc… Notre actualité 2017-2022 : un projet de p...

POURQUOI TU PLEURES ?

Katia LEWKOWICZ - France 2011 1h40mn - avec Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, Valérie Donzelli, Sarah Adler... Scénario de Katia Lewkowicz et Marcia Romano. Festival de Cannes 2011, Film de clôture de la Semaine de la Critique.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

POURQUOI TU PLEURES ?À la question du titre, les citoyens que nous sommes pourraient trouver un tas de réponses toutes plus pertinentes les unes que les autres, à piocher dans l'actualité nationale et internationale. De quoi plomber le moral des spectateurs les plus imperturbablement optimistes… Mais rassurez-vous, point d'idées noires dans cette jolie comédie qui va joyeusement s'employer à prendre le contre-pied de son titre de cour de récré.
Il sera beaucoup question d’un événement qui se fait plus fréquent dès que les beaux jours arrivent, un barnum qui remplit nos rues le week end de véhicules fleuris et klaxonnants, une cérémonie qui permet aux églises, synagogues et mosquées de France de multiplier leur fréquentation par dix ou vingt par rapport à la période hivernale, une célébration qui permet à Verdun, capitale de la dragée, de ne pas devenir une ville fantôme uniquement visitée par les férus d’histoire de la Première Guerre Mondiale… Je veux parler bien sûr du mariage, coutume/institution qui perdure, même si son budget endette les familles, même s'il se termine une fois sur deux par un divorce dans les dix premières années…

Le marié du film n’a pas l'air spécialement réjoui par son futur bonheur conjugal. Il faut dire que c'est Benjamin Biolay, dont la tête du type désabusé/dépassé/ahuri et malgré tout fondamentalement attachant fait merveille. Entre nous, le promis a de quoi se faire du mouron : à quelque jours du mariage, sa fiancée Anna (radieuse Valérie Donzelli) est aux abonnées absentes, tandis que la branche israélienne de sa belle famille a malgré tout débarqué par charter entier, envahissant chaque centimètres carré de son espace vital, se mobilisant telle une armée d’ouvriers chinois préparant une commande urgente pour Nike, confectionnant des centaines de paquets de dragées, tout ça en chantant des chansons en yiddish…
Heureusement le marié a une sœur, avec qui il entretient une complicité inébranlable même s'ils n'arrêtent pas de se chamailler, de se rembarrer, de s'envoyer au diable. Une sœur magnifiquement incarnée par Emmanuelle Devos, toute en rationalité désabusée, face à son frère qui n’assure pas une cacahuète. D’autant que l’enterrement de sa vie de garçon a plutôt tourné à la résurrection puisqu’il a fini la nuit avec la troublante Sarah. Liaison dangereuse qu'ont découverte simultanément sa soeur et l'agente immobilière venue aux aurores pour faire visiter l’appartement qu'il est censé quitter incessamment.

Au-delà des situations souvent cocasses, au-delà de la comédie de mœurs caustique, détaillant toutes les galères matérielles d’un mariage, égratignant aussi bien la famille juive traditionnelle que la haute bourgeoisie insupportable merveilleusement personnifiée par Nicole Garcia, la mère du marié, Katia Lewkowicz interroge avec intelligence et subtilité les choix de vie qui s'imposent aux trentenaires. Le marié, qui jusque là n’a jamais réellement choisi, et dont la vie a été guidé successivement par une mère possessive, une sœur dirigiste, une bande de potes plein de bons conseils et une fiancée très amoureuse mais ne doutant pas une seconde de son pouvoir sur lui, le marié donc se retrouve devant la possibilité vertigineuse de dire, enfin, NON. Tout plaquer et vivre l’inconnu avec une inconnue, renoncer ainsi à une vie tracée et peut-être ronronnante. Ou alors dire OUI, et l'assumer.
Et Benjamin Biolay, décidément excellent acteur (il était déjà très bien dans Stella de Sylvie Verheyde ou dans le récent Qui a envie d'être aimé d'Anne Giafferi) compose formidablement toutes les variantes du doute, mais aussi de la reconquête de sa propre identité.