LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CITOYENS AMÉRICAINS DE BORDEAUX MÉTROPOLE
Les élections de mi-mandat, en novembre 2018, seront cruciales, inscrivez-vous sur les listes électorales ! (le renouvellement n’est pas automatique)Sur internet : VOTE FROM ABROAD  (site non partisan)En personne : au bureau d’inscription ouvertle Samedi 21 Avril de 14h à 18h dans le hall du cin...

Les Marronniers de Gambetta
Ne laissons pas couper pas les marronniers de la place Gambetta à Bordeaux !(Ci-dessous le contenu de la pétition adressée à Monsieur le Maire de Bordeaux, Alain Juppé. Et si vous n’avez pas internet, vous pouvez recopier ce texte, le dater, le signer et l’adresser à Monsieur Alain Juppé, maire ...

Revoir la rencontre avec F.J. Ossang pour 9 DOIGTS
Mardi 19 décembre 2017, F.J. Ossang venait nous présenter en avant-première son nouveau film “9 Doigts”. A l’occasion de la sortie de son film sur nos écrans quelques mois après, nous vous proposons de revoir cet échange avec cet artiste hors norme, accompagné de ses acteurs Damien Bonnard et Al...

Stop linky
Samedi 5 mai dans toute la France Rassemblement de tous les collectifs anti-linky !Pour Bordeaux Métropole, à l’heure où nous bouclons cette gazette les membres du collectif Stop Bordeaux Métropole n’ont pas encore décidé du lieu et de l’horaire. Mais la date est bonne : ...

Commémorer n'est pas célébrer…
Se rappeler des « moments lumineux » certes, mais aussi « braquer quelque lumière sur les périodes les plus sombres »… répondent de sages personnes à ceux qui s’obsèdent à préserver le petit peuple des mauvaise influences susceptibles de lui polluer le mental…En fait de mom...

BRUEGEL, le moulin et la croix

Lech MAJEWSKI - Pologne 2010 1h36mn VOSTF - avec Rutger Hauer, Charlotte Rampling, Michael York... Scénario de Lech Majewski et Michael Francis Gibson d'après son essai.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BRUEGEL, le moulin et la croixL'observation attentive d’un tableau – et pas seulement d'un tableau « historique » – nous apprend souvent plus sur son époque que bien des livres d’histoire… Le cas de Pieter Bruegel est assez passionnant : artiste dont on ne sait rien ou presque de la vie (on n'est même pas sûr de sa date de naissance), il fait partie du quatuor majeur de la peinture flamande, avec Van Eyck, Bosch et beaucoup plus tard Rubens. Bruegel a su faire le pont entre les traditions picturales du Moyen Age et la Renaissance, sans se jeter aveuglément dans le mimétisme des peintres italiens. Il a surtout réussi à marier la tradition de l’allégorie biblique à la description attentive de ses contemporains, restituant avec truculence la vie villageoise et le folklore flamand.
L’incroyable film du peintre et cinéaste polonais Lech Majewski s’intéresse peu – voire pas du tout – à la vie et à la carrière de Bruegel. Il nous plonge dans un tableau qui résume à lui seul tout le génie du peintre : Le Portement de croix (1564), qui reprend le thème classique du supplice du Christ mais dont le traitement est unique et impressionnant. Le Christ en effet, écrasé sous le poids de sa lourde croix et en chemin pour le Golgotha, n’est qu’un minuscule personnage au centre d’une scène et d’un paysage foisonnant de centaines de personnages, acteurs du supplice ou simples spectateurs, attristés ou goguenards.

Le parti-pris, audacieux et maîtrisé, du cinéaste est de nous faire partager parallèlement la création et la structure fascinante du tableau imaginée par Bruegel (incarné par le grand Rutger Hauer) sous le signe du Nombre d’Or, tout en imaginant la vie pendant quelques jours d’une douzaine des personnages du tableau (dont Marie, incarnée par Charlotte Rampling ou le collectionneur Nicholas Jonghelinck joué par Michael York). Dès la première séquence, on est saisi par la splendeur des images, parfaite transposition à l'écran de l'esthétique du tableau. On découvre un gros homme se réveillant doucement dans son lit et écartant l'énorme couette qui le réchauffait. Le plan s’élargit et dévoile un incompréhensible et immense engrenage qui surplombe le lit, et peu à peu on comprend que nous sommes au cœur d’un gigantesque et improbable moulin à vent, qui surplombe, du haut d'un rocher inaccessible, la plaine et le village, loin du tumulte qui règne quelques dizaines de mètres en dessous. Car ce que l’on découvre dans le tableau et donc dans le film, c’est la répression terrible et aveugle menée par des hommes vêtus de rouge qui semblent arrêter et supplicier qui bon leur semble. Le paysage est ponctué de gibets bien garnis et de roues juchées sur un tronc où les corps démembrés sont offerts aux corbeaux. Les hommes en rouge, ce sont dans l’allégorie biblique les soldats romains, mais ils ressemblent étrangement aux mercenaires wallons qui servaient l’occupant espagnol contre les rebelles unis des Pays-Bas. Et le Portement de Croix devient doublement un tableau de résistance autant par l'assimilation des persécuteurs aux forces d'occupation que par le choix pictural contraire à la Contre-Réforme espagnole qui voulait que les personnages bibliques soient magnifiés.

Mêlant prises de vues réelles tournées en Italie et Nouvelle-Zélande pour coller au plus près des paysages imaginaires du tableau, et trucages pour insérer les personnages vivants dans l'œuvre peinte, le film plonge le spectateur dans du jamais vu, on ne sait jamais si on est au cœur du tableau ou à côté et quand, dans la dernière séquence, on voit de tous nos yeux le vrai Portement de croix, on est saisi d’une émotion inouïe.