LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Mercredi 10 Février 2016 à 20h30

PROJECTION-DÉBAT : Le travail salarié, « matrice » de l’intégration sociale


Dans le cadre de la 13e édition LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA.
Projection suivie d’un débat avec le réalisateur Marcel Trillat.
Journée organisée en partenariat avec le département Hygiène, Sécurité et Environnement de l’Université de Bordeaux.

DES ÉTRANGERS DANS LA VILLE

Marcel TRILLAT - documentaire France 2014 1h08mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DES ÉTRANGERS DANS LA VILLELa France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part (Michel Rocard). • Les immigrés n’ont jamais été un problème pour la France. C’est la France qui a été un problème pour eux (Marcel Trillat).

La nuit de la Saint-Sylvestre 1969, six travailleurs africains mouraient asphyxiés dans un taudis surpeuplé loué par un marchand de sommeil à Saint-Denis. C’est pour leur rendre hommage que Marcel Trillat avait réalisé Étranges étrangers, film sur un peuple en marge de la société française : Portugais fuyant le fascisme et la misère ; Algériens, Africains contraints aux travaux les plus durs et à s’entasser dans les bidonvilles, les cités de transit, les foyers indignes ou les caves de Seine-Saint-Denis. Des prolétaires fantômes pourtant indispensables à l‘économie française.
43 ans plus tard, Marcel Trillat reprend la caméra et retourne à la rencontre des étranges étrangers d’aujourd’hui. Avec la volonté de poser une simple question : Ces Étrangers dans la ville, toujours aussi indispensables, sont-ils accueillis plus dignement par la société française en plein xxie siècle ?

Marcel Trillat a filmé quelques-uns et quelques-unes de ces rescapé(e)s de toutes les misères du monde dans tous les lieux où leur espoir d’une vie meilleure est mis à la rude épreuve des réglementations administratives. Demandeurs d’asile tentant de convaincre des fonctionnaires parfois incrédules, parfois bienveillants mais eux-mêmes toujours corsetés par les règles très strictes qui leur sont imposées, travailleurs sans papiers mais payant leurs impôts, innocents privés de liberté dans les centres de rétention et policiers chargés de veiller sur eux, tous sont pris au piège de logiques que personne ne semble plus comprendre.
Pour comprendre comment vivent ces étrangers toujours sous la menace d’une expulsion, Marcel Trillat a accompagné ces hommes et ces femmes dans le labyrinthe de l’administration française où ils tentent d’obtenir une carte de séjour, une demande d’asile ou un visa. On accompagne ainsi Hawa, Mamadou ou Mohamed dans leur terrible périple. De la zone d’attente de Roissy à la préfecture des Hauts-de-Seine, en passant par les bureaux d’une agence d’intérim qui fournit des emplois précaires mais pas de certificat de travail, c’est un long combat plein de résignation et d’humiliation que mènent ces immigrés trimbalés de guichet en guichet et démunis face au manque d’infrastructures pour les accueillir.

Il y a aussi le tribunal, où les étrangers demandeurs d’asile attendent le verdict des juges. Une loterie. Ici, inutile de plaider sa cause, car neuf demandes sur dix sont refusées. « Cela dépend du président du tribunal et l’on ne sait pas sur quelles bases les décisions sont prises », souligne une avocate, dont le seul espoir est de tomber sur « Annulator », le surnom du seul juge qui annule systématiquement les demandes d’expulsion…