LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Vendredi 18 MARS 2016 à 20h30

SOIRÉE-DÉBAT : Argentine, 1976-2016, il y a quarante ans, la dictature militaire


Projection suivie d'un débat avec Inés VAZQUEZ, anthropologue, Université de Buenos Aires, enseignant-chercheur spécialiste du mouvement des Mères de la place de Mai.
Pour cette soirée, achetez vos places à l'avance, à partir du Mardi 8 Mars.
L'Histoire officielle est rediffusé le Mardi 22 Mars à 15h15.

L’HISTOIRE OFFICIELLE

(La Historia oficial) Luis PUENZO - Argentine 1985 1h52mn VOSTF - avec Norma Aleandro, Hector Alterio, Hugo Arana, Guillermo Battaglia... Scénario de Luis Puenzo et Aida Bortnik. COPIE NUMÉRIQUE VERSION RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’HISTOIRE OFFICIELLEArgentine, 1983 : derniers mois de la dictature. Alicia enseigne l'histoire dans un lycée de Buenos Aires et vit heureuse avec son mari et la petite fille qu'ils ont adoptée. Jusqu'au jour où elle reçoit Ana, de retour d'exil, qui lui raconte les tortures qu'elle a subies…

La force du film est de ne pas décrire directement les exactions de la dictature, mais de montrer la prise de conscience d'une femme ancrée dans ses convictions, dont le quotidien s'écroule : plus elle découvre la réalité du régime du général Videla, plus Alicia se rend compte que l'enseignement qu'elle prodigue ment.
Norma Aleandro est bouleversante. Elle a obtenu un prix d'interprétation mérité au festival de Cannes 1985. Mais c'est tout le film qu'il faut admirer : œuvre de mise au point, sincère et implacable, superbement écrite.

(A. Ferenczi, Télérama)


Un deuxième film à voir, Samedi 19 Mars à 11h45 et Lundi 21 Mars à 14h10

KAMCHATKA
Marcelo PINEYRO
Argentine 2002 1h45 VOSTF
avec Ricardo Darin, Cecilia Roth, Hector Alterio, Fernanda Mistral…
Scénario de Marcelo Figueras et Marcelo Pineyro

Il a 10 ans et ne comprend rien. Pourquoi sa mère vient le chercher en classe, un beau jour, et lui interdit de revoir son meilleur pote ? Pourquoi ses parents l'emmènent, lui et son petit frère, dans une maison isolée ? En cette année 1976, il y a des patrouilles plein les rues de Buenos Aires…
La dictature, Marcelo Piñeyro la filme comme un orage lointain, mais menaçant. On la sent dans les regards brouillés de chagrin des parents (Ricardo Darín et Cecilia Roth, également formidables). Dans la terreur qui les pousse à accourir dans la chambre des enfants, la nuit, au moindre bruit suspect. Dans la tendresse éperdue dont ils entourent les gamins : comme si ces caresses, ces embrassades répétées pouvaient les protéger. Comme si elles devaient être les dernières.
Marcelo Piñeyro réussit une magnifique chronique intimiste, où douceur et douleur, insidieusement mêlées, aboutissent au lyrisme. (P. Murat, Télérama)