LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir la rencontre avec l'équipe du court métrage "Un peu Après minuit"
Nous vous proposons de revoir un moment d’échange chaleureux avec l’équipe du très prometteur court métrage UN PEU APRÈS MINUIT. Etaient présent sur l’estrade : la réalisatrice Anne-Marie PUGA, le réalisateur Jean-Raymond GARCIA, le comédien Rémi TAFFANEL, le compositeur Mathieu MÉGEMONT et l’an...

Les centres commerciaux : nouvelle bulle immobilière spéculative et projets climaticides…
Non à Val Tolosa ! Nous ne résistons pas à l’envie de vous communiquer cette excellente nouvelle provenant de nos amis d’Utopia Tournefeuille : le Conseil d’État a, en ce début d’année 2018, annulé le 2e permis de construire du méga-centre commercial imaginé pa...

NOUS PRINCESSES DE CLÈVES sur Vidéo en Poche
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la ...

Le cinéma français pète la forme… paraît-il…
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de tomber, relayé par le concert des médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets de cinéma vendus, soit à peine 4 milli...

Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 février
Après l’abandon du projet d’aéroport, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant. Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 févrierEnracinons l’avenir !Un bus partira de Bordeaux...

Vendredi 5 MAI 2017 à 18h

PROJECTION-DÉBAT AUTOUR DU FILM


Dans le cadre des journées nationales de commémoration de la traite des Noirs et de l'esclavage, 5-20 Mai à Bordeaux
organisée par Mémoires et Partages
Projection suivie d'un débat avec le Dr Emmanuel Gordien, protagoniste principal du film, Franck Salin, le réalisateur, et Karfa Diallo, Directeur de Mémoires et partages.
Tarif unique : 4 euros
Achetez vos places à l'avance, à partir du Lundi 24 Avril.

CITOYENS BOIS D'ÉBÈNE

Franck SALIN - documentaire France 2016 52mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CITOYENS BOIS D'ÉBÈNEDepuis près de vingt ans, le Dr Emmanuel Gordien milite pour que la mémoire des esclaves des anciennes colonies françaises soit réhabilitée. À la tête de l’atelier de généalogie de l’association Comité Marche du 23 Mai 1998 (CM98), ce scientifique guadeloupéen plonge dans les archives et restitue aux descendants d’esclaves les histoires et les noms de leurs aïeux.
Cette réappropriation est doublée d’une démarche citoyenne. Des monuments portant les noms des anciens esclaves fleurissent en Ile-de-France, aux Antilles et bientôt au Bénin, drainant des milliers de visiteurs. Sur trois continents, nous découvrirons dans les pas de cet artisan de la mémoire la mise à jour d’une histoire restée longtemps enfouie. Nous le retrouverons sur les routes du Bénin, sur les traces de son ancêtre Georges Bouriqui, dont la famille vivrait encore au sud-est du pays. Le nom de Bouriqui figurera parmi plus de 15000 noms d’esclaves antillais d’origine africaine qui seront inscrits sur un monument qu’il œuvre à mettre en place sur la plage de Ouidah. Une aventure humaine porteuse d’immenses espoirs : ceux d’une mémoire apaisée et d’une réconciliation des descendants d’esclaves avec l’Afrique, la France et leur propre passé.

« Depuis que j’ai 4-5 ans, je connais l’histoire familiale. Papa nous racontait cet aïeul Georges dit Bouriqui né en Afrique, esclave transporté sur les bateaux négriers […]. Georges Bouriqui a vécu avec trois compagnes : la peur, la colère et la mort. Et c’est dans ce contexte qu’il s’édifie, se fortifie et devient un survivant. Moins de huit ans après sa mise en esclavage, il a eu un premier fils, Denis. Et Denis est le grand-père de mon père. » (Emmanuel Gordien)