LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CITOYENS AMÉRICAINS DE BORDEAUX MÉTROPOLE
Les élections de mi-mandat, en novembre 2018, seront cruciales, inscrivez-vous sur les listes électorales ! (le renouvellement n’est pas automatique)Sur internet : VOTE FROM ABROAD  (site non partisan)En personne : au bureau d’inscription ouvertle Samedi 21 Avril de 14h à 18h dans le hall du cin...

Les Marronniers de Gambetta
Ne laissons pas couper pas les marronniers de la place Gambetta à Bordeaux !(Ci-dessous le contenu de la pétition adressée à Monsieur le Maire de Bordeaux, Alain Juppé. Et si vous n’avez pas internet, vous pouvez recopier ce texte, le dater, le signer et l’adresser à Monsieur Alain Juppé, maire ...

Revoir la rencontre avec F.J. Ossang pour 9 DOIGTS
Mardi 19 décembre 2017, F.J. Ossang venait nous présenter en avant-première son nouveau film “9 Doigts”. A l’occasion de la sortie de son film sur nos écrans quelques mois après, nous vous proposons de revoir cet échange avec cet artiste hors norme, accompagné de ses acteurs Damien Bonnard et Al...

Stop linky
Samedi 5 mai dans toute la France Rassemblement de tous les collectifs anti-linky !Pour Bordeaux Métropole, à l’heure où nous bouclons cette gazette les membres du collectif Stop Bordeaux Métropole n’ont pas encore décidé du lieu et de l’horaire. Mais la date est bonne : ...

Commémorer n'est pas célébrer…
Se rappeler des « moments lumineux » certes, mais aussi « braquer quelque lumière sur les périodes les plus sombres »… répondent de sages personnes à ceux qui s’obsèdent à préserver le petit peuple des mauvaise influences susceptibles de lui polluer le mental…En fait de mom...

ON THE MILKY ROAD

Écrit et réalisé par Emir KUSTURICA - Serbie 2017 2h05mn VOSTF - avec Emir Kusturica, Monica Bellucci, Sloboda Micalovic, Natasa Ninkovic, Davor Janjic...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ON THE MILKY ROAD« Ce film est basé sur trois histoires vraies et beaucoup de fantaisie »… Ainsi débute un film baroque qui tangue entre guerre, paix… et amour. Un film débordant de vie, de fantaisie, où les animaux sont intelligents et interviennent dans la vie des hommes.
Kusturica, qui tient pour la première fois le rôle principal dans un de ses films, y est un laitier qui traverse chaque jour une guerre furieuse et absurde pour livrer sa production à un camp militaire, déjouant les tirs de balles et de mortiers tout au long d'une route serpentant à flanc de montagne, et devra sa vie à un serpent qui aime se baigner dans le lait… Dans le village de paysans où il remplit ses bidons, un village perché sur la colline et cerné par les combats qui n'empêchent pas la vie de se poursuivre au quotidien, une belle Italienne se cache pour échapper à un général anglais jaloux en quête de vengeance.

Quand Monica Bellucci apparaît à l'écran, elle regarde un film qui la fait pleurer : Quand passent les cigognes (du soviétique Kalatozov, Palme d'or en 1957) un des plus beaux mélos réalisés sur l'absurdité de la guerre. Avec sa larme au coin de l'œil, elle est d'emblée émouvante : elle a beaucoup vécu, certainement des choses terribles mais elle n'en est que plus belle, d'une maturité vulnérable et forte à la fois. L'incandescence de l'histoire d'amour entre le laitier trompe-la-mort à la carrure imposante, familier des faucons et des serpents, et cette paysanne improvisée à la beauté pleine et mélancolique, domine vite un film où la musique donne encore plus d'ampleur à des paysages grandioses, à des sentiments déchainés… Malgré le contexte agité, si l'amour s'impose dès le premier regard entre Kosta et Nevesta, c'est que leur passé tourmenté rend plus intense encore leur attachement à la vie. Continuer à croire au miracles… le film ne fait que ça et la troisième histoire vraie qui a inspiré le film est celle d'un homme qui a trouvé la liberté en Bosnie en dirigeant un troupeau de moutons à travers un champ de mines.
Les situations sont surréalistes, saugrenues, poétiques : on voit un homme rapporter son oreille arrachée à sa femme pour qu'elle la lui recouse, une pendule géante qui blesse ceux qui essaient de la réparer, des oies immaculées se baignent dans une baignoire de sang et le faucon perché sur l'épaule de Kosta a le pouvoir de déclencher les orages… Les images sont somptueuses et Kusturica prétend que c'est la dernière fois qu'il parle de la guerre et jure que désormais ses films seront voués à l'amour, à la vie – quand bien même le monde ne cesserait d'être en guerre. Et c'est bien l'amour qui domine ce film là : d'ores et déjà, les sentiments humains l'intéressent plus que les prouesses guerrières.

Cascades, ciels immenses, montagnes verdoyantes, fêtes, mariages, délires et moments de douceur sensuelle alternent, magiques, sur cette route du lait où la musique dit tout ce que les paroles ne savent pas dire : mélange de nostalgie et de gaité, de paix et de violence, de brutalité et de tendresse, de féérie tragique. Les âmes déchirées par des histoires tourmentées rêvent ici d'un Eden pacifié, d'un paradis perdu enfin trouvé…