Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

STOP LINKY…
Pour en savoir plus sur le compteur électrique Linky, savoir POURQUOI et/ou COMMENT faire pour le refuser, vous le pouvez, le collectif Stop Linky Bordeaux Métropole vous invite à venir Salle de la cheminée au Cinéma Utopia, à l’occasion de l’une de ses réunions ou de l’une de ses permanences. O...

La Confédération paysanne fête ses 30 ans
 Depuis trente ans, La Confédération paysanne est engagée dans la défense des paysannes et des paysans et avec ses associations de développement, elle accompagne le monde agricole vers l’agriculture paysanne. Elle s’est engagée contre les OGM, et se bat pour une alimentation de qualité pour tous...

Les vacances, ça sert aussi à ça : des Festivals pour s'informer, résister, agir
Du 11 au 13 Août, Festival Les Bure’lesques à BURE. Festival organisé par un collectif d’habitants, de sympathisants et d’associations en soutien à la lutte contre Cigéo, le fameux projet de mégapoubelle nucléaire souterraine à Bure dont personne ne veut. Ça se passe à quelque...

VISITE-GUIDÉE LE BORDEAUX NÈGRE
« Derrière les murs, la condition des hommes ». Venez suivre les pas des animateurs de la balade alternative qui vous fera visiter l’autre Bordeaux. « Le secret le mieux gardé » des Bordelais que l’histoire a conduits en Afrique mais aussi dans les Caraïbes. Dimanches 30 juillet, 20 et 27 Août, ...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
 Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les spectateurs malentendantsLes séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéci...

BELLE DE JOUR

Luis BUÑUEL - France 1967 1h40mn - avec Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli, Geneviève Page, Pierre Clémenti... Scénario de Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière, d’après le roman de Joseph.

Du 16/08/17 au 05/09/17

BELLE DE JOURSéverine et Pierre se promènent amoureusement dans la forêt, à bord d’une calèche que conduisent deux cochers. Pierre fait arrêter la calèche, force sa femme à en descendre, la bâillonne, déchire sa robe et la fait fouetter par les cochers avant de la livrer à leurs désirs, allumés par l’exercice...
Le plan suivant, qui nous montre Séverine perdue dans ses pensées, révèle que cette séquence était imaginaire. Ainsi nous apprenons que cette jolie bourgeoise candide, épouse très réservée d’un séduisant chirurgien parisien, est en proie à de torrides fantasmes, fortement teintés de masochisme.
Poussée par des pulsions secrètes, Séverine deviendra la troisième pensionnaire de la maison close dirigée par Madame Anaïs. Comme elle ne « travaille » que de 14 à 17h, elle y est baptisée « Belle de jour ». Et elle semble trouver son équilibre en se sentant maître de son destin et maîtresse soumise aux vices des autres. Mais cette recherche des frontières de ses tabous et propres interdits, aura un prix…
Buñuel filme l’itinéraire trouble de Séverine avec un détachement, une élégance, un refus du scabreux qui amènent à son comble notre fascination. Pas de jugement moral, bien sûr. La description scrupuleuse d’une quête vouée à l’échec et de ses épreuves.
Comme toujours chez Buñuel, l’humour tient sa place, et dynamite plusieurs séquences. Mais c’est la fascination et l’ambiguité qui dominent, ainsi que le souffle glacé d’un érotisme subtil et mortifère.

SUR LA PROCHAINE GAZETTE, LUIS BUNUEL, UN SOUFFLE DE LIBERTÉ, Rétrospective en 6 films : LE JOURNAL D'UNE FEMME DE CHAMBRE (1964) – LA VOIE LACTÉE (1969) – TRISTANA (1970) – LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE (1972) – LE FANTÔME DE LA LIBERTÉ (1974) – CET OBSCUR OBJET DU DÉSIR (1977).