LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

Jeudi 12 OCTOBRE 2017 à 20h30

MAUDIT LIBOURNAIS !


Une soirée autour de Jean-Pierre MARTINET, écrivain mort inaperçu dans la sous-préfecture qui l'a vu naître et vedette posthume des librairies proposée par les éditions L'Arbre vengeur et Finitude avec la participation de la librairie La Machine à lire.
Projection précédée de lectures extraites de La Grande vie (L'Arbre vengeur) et Jérôme (Finitude) par Romain Jarry (Alfred n'était pas disponible) et suivie d'une rencontre avec Eric Dussert (artisan de la redécouverte) et des éditeurs martinetophiles.
Tarif unique : 4 euros
Achetez vos places à l'avance, à partir du Samedi 7 Octobre.

LE NOIR ROMAN DE JEAN-PIERRE MARTINET

Nils WAROLIN - documentaire France 2017 52mn - avec Denis Lavant...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE NOIR ROMAN DE JEAN-PIERRE MARTINET« Il appartient à la grande race de ceux qui préfèrent la vie parce que la mort les obsède. » écrivait de lui Pierre Veilletet, un des rares à avoir souligné l'extrême originalité d'un auteur qui s'est toute sa vie heurté à la gêne que provoquaient ses livres inconfortables et notamment Jérôme, son grand œuvre.

Deux jeunes et innocents éditeurs bordelais entreprirent au mitan des années 2000 de proposer deux courts livres de Martinet avec l'espoir de susciter un semblant de curiosité. « Nuits bleues calmes bières » (Finitude) et « La Grande vie » (L'Arbre vengeur), contre toute attente, provoquèrent un petit engouement qui fut le point de départ d'une série de rééditions. « Jérôme » fait désormais figure de classique du xxe siècle, imposant sa noire vision d'une société et d'un personnage en pleine déréliction. Mais l'humour d'un noir extrême est aussi un des aspects de son univers, comme le prouve le monstrueux et hilarant personnage de La Grande vie, un texte qui éblouit Denis Lavant et dont il fit de nombreuses lectures. Ce même Denis Lavant est au cœur du projet de Nils Warolin qui a interrogé ceux qui ont connu ou défendu l'étrange écrivain. Destin moisi, chute libre d'un écrivain jamais libéré, le parcours de Jean-Pierre Martinet est une dégringolade qui rappelle que la littérature tient plus du chemin de croix que de l'apothéose.