LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir la rencontre avec l'équipe du court métrage "Un peu Après minuit"
Nous vous proposons de revoir un moment d’échange chaleureux avec l’équipe du très prometteur court métrage UN PEU APRÈS MINUIT. Etaient présent sur l’estrade : la réalisatrice Anne-Marie PUGA, le réalisateur Jean-Raymond GARCIA, le comédien Rémi TAFFANEL, le compositeur Mathieu MÉGEMONT et l’an...

Les centres commerciaux : nouvelle bulle immobilière spéculative et projets climaticides…
Non à Val Tolosa ! Nous ne résistons pas à l’envie de vous communiquer cette excellente nouvelle provenant de nos amis d’Utopia Tournefeuille : le Conseil d’État a, en ce début d’année 2018, annulé le 2e permis de construire du méga-centre commercial imaginé pa...

NOUS PRINCESSES DE CLÈVES sur Vidéo en Poche
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la ...

Le cinéma français pète la forme… paraît-il…
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de tomber, relayé par le concert des médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets de cinéma vendus, soit à peine 4 milli...

Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 février
Après l’abandon du projet d’aéroport, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant. Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 févrierEnracinons l’avenir !Un bus partira de Bordeaux...

KHIBULA

George OVASHVILI - Géorgie 2017 1h38mn VOSTF - avec Hossein Mahjoob, Kishvard Manvelishvili, Nodar Dzidziguri, Zurab Antelava... Scénario de Roelof-Jan Minneboo et George Ovashvili.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

KHIBULAKhibula met en scène un roi déchu. Dans une vie précédente, Zviad Gamsakhurdia était président de Géorgie. Du début à la fin de ce film tranchant et dépouillé, il est un homme qui se cache dans les montagnes. Suite à un coup d'état, il traverse clandestinement le pays avec un petit groupe de ses partisans, espérant reprendre le pouvoir. Lui et ses fidèles se réfugient dans des hébergements temporaires puis, à chaque fois, apprennent que les militaires sont à l'approche et doivent quitter les lieux. Qui est réellement ce leader géorgien devenu pestiféré ? Quelques phrases rapportent qu'il est pour certains un tyran criminel, pour d'autres un héros *.
Mais le jugement moral n'est pas ce qui intéresse le réalisateur George Ovashvili. Il cherche à observer un basculement, celui qui transforme en vagabond un homme de pouvoir. Sa mise en scène illustre la thèse de l'historien Ernst Kantorowicz concernant « les deux corps du monarque ». Chaque chef d'état possède ainsi un premier corps mortel et vulnérable. Mais il en possède également par sa fonction un deuxième, qui dépasse l'humanité, a trait à la souveraineté et à l'incarnation de la collectivité.

Ici ces deux corps sont en lutte. Le corps du président voudrait conserver dignité, prestance et sédentarité, quand le corps de l'homme est condamné au doute et au nomadisme. Le corps du président s'accroche à l'espoir d'un retour en grâce, mais celui de l'homme sait qu'au bout de la route, le choix est entre la mort ou l'exil. Ce combat intérieur est abordé cinématographiquement sans effets superflus. La mise en scène, discrète, est totalement au service du récit, tout en se ménageant parfois quelques échappées étonnantes dans l'onirisme. Le personnage principal est servi par le jeu minimaliste et convaincant de Hossein Majoob (acteur iranien, le réalisateur n'ayant pas trouvé de comédien « convaincant » dans son pays). Ses yeux perdus portent un questionnement philosophique : quelle place peut avoir dans le monde un homme arrivé au sommet puis descendu au plus bas ? Son Gamsakhurdia (relevons que le nom du président déchu n'est jamais clairement prononcé) a quelque chose d'un Sysiphe.
Ovashvili veut saisir une errance désespérée, au cours de laquelle seule la nature permet de se ressourcer temporairement et d'apporter quelque réconfort… Il s'agit de scruter une avancée à petits pas, presque mécanique, vers une fin inéluctable. Le titre lui-même incarne la fatalité du destin. Khibula est le village où Gamsakhurdia a été retrouvé mort **. C'est le lieu de destination, la fin du voyage. (I. Malka, Transfuge)

* La figure de Gamsakhourdia reste controversée : artisan de l'indépendance de la Géorgie, il sera accusé d'atteintes aux Droits de l'Homme une fois au pouvoir.
** La mort de Gamsakhourdia n'a jamais été élucidée. Deux thèses s'opposent : celle d'un suicide et celle d'une élimination commanditée par le gouvernement russe.