LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

SOS MÉDITERRANÉE
Vendredi 22 juin à 20h au théâtre Le Levain à Bègles, Soirée littéraireRencontre entre deux auteurs :  Allain Glykos (auteur de Manolis) et Franck Pavloff (auteur de Matin brun) pour des regards croisés à partir de leurs derniers ouvrages : le roman  La nuit des enfants qui dansent de Pavloff, a...

Le Tour Alternatiba est de retour en 2018
Du 9 juin au 6 octobre 2018, le Tour Alternatiba (tour.alternatiba.eu) s’élancera sur des vélos multiplaces pour un périple de 5800 kilomètres parcourant 200 territoires en France et dans les pays frontaliers, afin de diffuser partout un message porteur d’espoir : oui, les alternatives existent,...

PCA - Paysans et Consommateurs Associés
PCA PCA une amap* à partAccueille tous les mercredis soirs Y compris pendant les vacancesSes produits de saines semencesA presque 15 ans d’expérienceNichée salle de la cheminéeSe trouve à l’Utopia cinéEntre 19 et 20h30Tu verras une amap rianteC‘est ici qu’on trouve des painsOuvragés dans un vrai...

STOP LINKY
Pour discuter, être informer sur le refus du linky et sur les procédures judiciaires        Réunion avec le collectif Stop linky Bordeaux Métropole stoplinky.bordeauxmetropole@gmail.comle Samedi 2 juin à 10h30 salle de la cheminée au cinéma UtopiaCi-dessous les nouveaux collectifs en Gironde. An...

KHIBULA

George OVASHVILI - Géorgie 2017 1h38mn VOSTF - avec Hossein Mahjoob, Kishvard Manvelishvili, Nodar Dzidziguri, Zurab Antelava... Scénario de Roelof-Jan Minneboo et George Ovashvili.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

KHIBULAKhibula met en scène un roi déchu. Dans une vie précédente, Zviad Gamsakhurdia était président de Géorgie. Du début à la fin de ce film tranchant et dépouillé, il est un homme qui se cache dans les montagnes. Suite à un coup d'état, il traverse clandestinement le pays avec un petit groupe de ses partisans, espérant reprendre le pouvoir. Lui et ses fidèles se réfugient dans des hébergements temporaires puis, à chaque fois, apprennent que les militaires sont à l'approche et doivent quitter les lieux. Qui est réellement ce leader géorgien devenu pestiféré ? Quelques phrases rapportent qu'il est pour certains un tyran criminel, pour d'autres un héros *.
Mais le jugement moral n'est pas ce qui intéresse le réalisateur George Ovashvili. Il cherche à observer un basculement, celui qui transforme en vagabond un homme de pouvoir. Sa mise en scène illustre la thèse de l'historien Ernst Kantorowicz concernant « les deux corps du monarque ». Chaque chef d'état possède ainsi un premier corps mortel et vulnérable. Mais il en possède également par sa fonction un deuxième, qui dépasse l'humanité, a trait à la souveraineté et à l'incarnation de la collectivité.

Ici ces deux corps sont en lutte. Le corps du président voudrait conserver dignité, prestance et sédentarité, quand le corps de l'homme est condamné au doute et au nomadisme. Le corps du président s'accroche à l'espoir d'un retour en grâce, mais celui de l'homme sait qu'au bout de la route, le choix est entre la mort ou l'exil. Ce combat intérieur est abordé cinématographiquement sans effets superflus. La mise en scène, discrète, est totalement au service du récit, tout en se ménageant parfois quelques échappées étonnantes dans l'onirisme. Le personnage principal est servi par le jeu minimaliste et convaincant de Hossein Majoob (acteur iranien, le réalisateur n'ayant pas trouvé de comédien « convaincant » dans son pays). Ses yeux perdus portent un questionnement philosophique : quelle place peut avoir dans le monde un homme arrivé au sommet puis descendu au plus bas ? Son Gamsakhurdia (relevons que le nom du président déchu n'est jamais clairement prononcé) a quelque chose d'un Sysiphe.
Ovashvili veut saisir une errance désespérée, au cours de laquelle seule la nature permet de se ressourcer temporairement et d'apporter quelque réconfort… Il s'agit de scruter une avancée à petits pas, presque mécanique, vers une fin inéluctable. Le titre lui-même incarne la fatalité du destin. Khibula est le village où Gamsakhurdia a été retrouvé mort **. C'est le lieu de destination, la fin du voyage. (I. Malka, Transfuge)

* La figure de Gamsakhourdia reste controversée : artisan de l'indépendance de la Géorgie, il sera accusé d'atteintes aux Droits de l'Homme une fois au pouvoir.
** La mort de Gamsakhourdia n'a jamais été élucidée. Deux thèses s'opposent : celle d'un suicide et celle d'une élimination commanditée par le gouvernement russe.