Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

PCA
 Paysans et Consommateurs Associés, Bordeaux-Vallée de l’IslePCA Chaque Mercredi de 19h à 20h30 au cinéma, salle de la Cheminée, des petits producteurs de Dordogne et de Gironde apportent leurs légumes, leurs œufs, volailles, rillettes, pain, miel, nougat, veau, bœuf, agneau, fromages de chèvres...

Revoir le débat avec Amandine Gay à Utopia pour "Ouvrir la voix"
Nous vous proposons de revoir le débat avec Amandine Gay à l’issue de la projection en avant-première de son film “Ouvrir la voix” le 29 septembre 2017. Organisée par le collectif Voix décoloniales. Projection animée par Sarah Daniel, anthropologue junior de l’Université de Bordeaux, membre du c...

LE ROCHER DE PALMER, Dimanche 19 NOVEMBRE
12h, BRUNCH MUSICAL 14h, PROJECTION de I AM NOT YOUR NEGRO de Raoul Pecksuivie d’un échange avec l’écrivain Eddy L. Harris et Fadila Kellala, présidente de l’association Espace Culturel des 2 Rives et membre du Conseil Citoyen du Haut-Cenon. Tarif film + brunch : 15 €Tarif film seul : 5 €. Il es...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
 Projections de films français en Version Sourds et Malentendants (VSM) avec sous-titres spéciaux. Les séances estampillées du symbole dans les grilles horaires indiquent des projections de films français en VSM, accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spécia...

Cherche parrain désespérément…
Il semblerait que nous ne soyons pas seuls à sentir comme une odeur de poudre dans le milieu du cinéma français. Notre nouvelle ministre de la culture, pleine de bonne volonté sans doute, a entrepris cette semaine de pacifier les relations dans notre petit monde en chargeant l’ex-directeur fin...

KHIBULA

George OVASHVILI - Géorgie 2017 1h38mn VOSTF - avec Hossein Mahjoob, Kishvard Manvelishvili, Nodar Dzidziguri, Zurab Antelava... Scénario de Roelof-Jan Minneboo et George Ovashvili.

Du 15/11/17 au 27/11/17

KHIBULAKhibula met en scène un roi déchu. Dans une vie précédente, Zviad Gamsakhurdia était président de Géorgie. Du début à la fin de ce film tranchant et dépouillé, il est un homme qui se cache dans les montagnes. Suite à un coup d'état, il traverse clandestinement le pays avec un petit groupe de ses partisans, espérant reprendre le pouvoir. Lui et ses fidèles se réfugient dans des hébergements temporaires puis, à chaque fois, apprennent que les militaires sont à l'approche et doivent quitter les lieux. Qui est réellement ce leader géorgien devenu pestiféré ? Quelques phrases rapportent qu'il est pour certains un tyran criminel, pour d'autres un héros *.
Mais le jugement moral n'est pas ce qui intéresse le réalisateur George Ovashvili. Il cherche à observer un basculement, celui qui transforme en vagabond un homme de pouvoir. Sa mise en scène illustre la thèse de l'historien Ernst Kantorowicz concernant « les deux corps du monarque ». Chaque chef d'état possède ainsi un premier corps mortel et vulnérable. Mais il en possède également par sa fonction un deuxième, qui dépasse l'humanité, a trait à la souveraineté et à l'incarnation de la collectivité.

Ici ces deux corps sont en lutte. Le corps du président voudrait conserver dignité, prestance et sédentarité, quand le corps de l'homme est condamné au doute et au nomadisme. Le corps du président s'accroche à l'espoir d'un retour en grâce, mais celui de l'homme sait qu'au bout de la route, le choix est entre la mort ou l'exil. Ce combat intérieur est abordé cinématographiquement sans effets superflus. La mise en scène, discrète, est totalement au service du récit, tout en se ménageant parfois quelques échappées étonnantes dans l'onirisme. Le personnage principal est servi par le jeu minimaliste et convaincant de Hossein Majoob (acteur iranien, le réalisateur n'ayant pas trouvé de comédien « convaincant » dans son pays). Ses yeux perdus portent un questionnement philosophique : quelle place peut avoir dans le monde un homme arrivé au sommet puis descendu au plus bas ? Son Gamsakhurdia (relevons que le nom du président déchu n'est jamais clairement prononcé) a quelque chose d'un Sysiphe.
Ovashvili veut saisir une errance désespérée, au cours de laquelle seule la nature permet de se ressourcer temporairement et d'apporter quelque réconfort… Il s'agit de scruter une avancée à petits pas, presque mécanique, vers une fin inéluctable. Le titre lui-même incarne la fatalité du destin. Khibula est le village où Gamsakhurdia a été retrouvé mort **. C'est le lieu de destination, la fin du voyage. (I. Malka, Transfuge)

* La figure de Gamsakhourdia reste controversée : artisan de l'indépendance de la Géorgie, il sera accusé d'atteintes aux Droits de l'Homme une fois au pouvoir.
** La mort de Gamsakhourdia n'a jamais été élucidée. Deux thèses s'opposent : celle d'un suicide et celle d'une élimination commanditée par le gouvernement russe.