Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

PCA
 Paysans et Consommateurs Associés, Bordeaux-Vallée de l’IslePCA Chaque Mercredi de 19h à 20h30 au cinéma, salle de la Cheminée, des petits producteurs de Dordogne et de Gironde apportent leurs légumes, leurs œufs, volailles, rillettes, pain, miel, nougat, veau, bœuf, agneau, fromages de chèvres...

Revoir le débat avec Amandine Gay à Utopia pour "Ouvrir la voix"
Nous vous proposons de revoir le débat avec Amandine Gay à l’issue de la projection en avant-première de son film “Ouvrir la voix” le 29 septembre 2017. Organisée par le collectif Voix décoloniales. Projection animée par Sarah Daniel, anthropologue junior de l’Université de Bordeaux, membre du c...

LE ROCHER DE PALMER, Dimanche 19 NOVEMBRE
12h, BRUNCH MUSICAL 14h, PROJECTION de I AM NOT YOUR NEGRO de Raoul Pecksuivie d’un échange avec l’écrivain Eddy L. Harris et Fadila Kellala, présidente de l’association Espace Culturel des 2 Rives et membre du Conseil Citoyen du Haut-Cenon. Tarif film + brunch : 15 €Tarif film seul : 5 €. Il es...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
 Projections de films français en Version Sourds et Malentendants (VSM) avec sous-titres spéciaux. Les séances estampillées du symbole dans les grilles horaires indiquent des projections de films français en VSM, accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spécia...

Cherche parrain désespérément…
Il semblerait que nous ne soyons pas seuls à sentir comme une odeur de poudre dans le milieu du cinéma français. Notre nouvelle ministre de la culture, pleine de bonne volonté sans doute, a entrepris cette semaine de pacifier les relations dans notre petit monde en chargeant l’ex-directeur fin...

LA LUNE DE JUPITER

Kornél MUNDRUCZO - Hongrie 2017 2h08mn VOSTF - avec Merab Ninidze, Zsombor Jéger, György Cserhalmi, Moni Balsai... Scénario de Kata Weber. L'Étrange Festival 2017 : GRAND PRIX.

Du 22/11/17 au 12/12/17

LA LUNE DE JUPITEROn avait beaucoup aimé le film précédent de ce réalisateur hongrois aussi singulier que talentueux : White God, l'histoire de ce chient affectueux transformé en chef de meute d'une violence féroce après avoir été séparé de sa maitresse, une jeune violoniste qui l'aimait, se retournant contre la société des hommes après avoir vécu le pire dans un Budapest sombre et chargé de haine… Si vous l'avez vu vous n'avez pas oublié cet instant de grâce, quasi mystique, final miraculeux où tout semble possible quand la meute immense des chiens enragés s'apaise et se couche devant une petite fille qui joue du violon.
Grand Prix de L'Etrange festival, La lune de Jupiter, tout comme White God, gravite entre réalisme cru et surnaturel : les humains qu'on y croise sont souvent de sombres crapules, mais les circonstances peuvent tout changer et d'un contexte désespérant surgit parfois une petite lumière, un espoir aussi ténu que celui de trouver la vie sous la glace lisse de la lune Europe, un des plus gros satellites de Jupiter, rêve lointain, mais pas si fou que ça…

Le film commence par une nuit sombre, dans un silence de mort, quelques dizaines de migrants venus de Serbie dans une embarcation de fortune tentent de traverser le fleuve pour rejoindre la Hongrie. Traqués par la police des frontières, ceux qui échappent à la noyade filent dans les bois. Des cris, des coups de feu : les flics, excités comme à la chasse, traquent du migrant, tirent sur les fuyards. En Hongrie tous les coups sont permis. L'un d'eux vise en rafale un jeune homme à quelques pas de lui… mais quand il s'approche le corps a disparu. Aryan, c'est la victime, vient de se découvrir le pouvoir étrange de léviter au dessus des arbres, de planer sans souffrance, survivant malgré ses blessures. Le policier n'aura de cesse de parvenir à savoir, à comprendre comment il est possible que sa cible se soit volatilisée.
Stern est un affreux. Jadis chirurgien de renom, il est tombé au plus bas après avoir provoqué la mort d'un patient en l'opérant en état d'ébriété : et pour cela il doit payer. Alors Stern travaille autour du camp de migrants et ramasse tout le fric qu'il peut en aidant l'évasion de ceux qui peuvent le payer. Ce jour là, c'est Aryan qui l'attend dans son cabinet et quand il se retourne pour l'examiner il reste sidéré par la découverte du don étrange de ce jeune homme qui se dit fils de charpentier… Cynique jusqu'au bout, Stern est bien décidé à garder le secret, montant une escroquerie pour son seul profit sur la base de ce miracle qui peut se reproduire à volonté et s'accompagne de pouvoirs étranges. De quoi alerter le policier qui les suit à la trace.
Mais, peu à peu, le cynisme qui servait d'armure à Stern commence à se fissurer devant cet ange qui plane, veut juste retrouver son père et n'imagine même pas la noirceur des intentions de son sauveur. Comme si, sous les apparences de cet ivrogne qui semble se délecter à sombrer toujours plus profond dans l'ignominie, il ne voyait que la petite étincelle d'humanité qui peut tout faire changer.

C'est un pamphlet social, c'est une image de la Hongrie qui n'a rien à envier à celle que nous renvoyait White God, mais comme dans son film précédent, Kornél Mundruczo s'interroge et nous interroge sur la possibilité d'une transcendance : contre la bêtise, l'aveuglement, l'intolérance, la cruauté, la violence… reste-t-il encore une petite place pour l'espoir ?