LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

L'ULTIME RAZZIA

(The Killing) Stanley KUBRICK - USA 1956 1h25mn VOSTF - avec Sterling Hayden, Coleen Gray, Vince Edwards, Jay C. Flippen, Marie Windsor... Scénario de Stanley Kubrick et Jim Thompson, d'après le roman de Lionel White.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ULTIME RAZZIAPour la première fois, avec L'Ultime razzia, Kubrick travaille dans des conditions « professionnelles », avec un budget conséquent, des décors construits, des techniciens confirmés, des acteurs talentueux même si pas très connus. C'est son examen d'entrée à Hollywood et il le réussit haut la main, signant un film noir haletant et superbement mis en scène, qui reste encore aujourd'hui un modèle du genre.
The Killing nous décrit la préparation minutieuse puis l'exécution plus aléatoire d'un hold-up sur un champ de courses. Le coup est organisé par Johnny Clay, gangster au casier chargé qui rêve de lendemains meilleurs. Il s'est entouré de quelques hommes d'apparence ordinaire, voire respectable, mais prêts à courir les plus gros risques pour échapper à la médiocrité de leur condition. Il y a là un vieux comptable désespérément amoureux de son patron, un barman incapable de subvenir aux besoins de sa femme malade et un petit caissier entiché d'une garce…
L'opération est maniaquement préparée, minutée, jusque dans les moindres détails. Il n'y aura pas une, mais deux manœuvres de diversion sur le champ de course pour détourner l'attention des employés et des flics… Tout est prévu, sauf ce qui ne saurait se prévoir, et qui relève du destin, ou de la chance, ou du facteur humain… ou des trois.

Ce scénario somme toute classique (on pense en particulier au très beau Quand la ville dort de Huston, avec le même Sterling Hayden), Kubrick lui donne une dimension extraordinaire par la force de sa construction et de sa mise en scène. Il fait exploser le récit en triturant la chronologie, en l'entrecoupant de flashes-back révélateurs, de digressions qui approfondissent l'approche des personnages. Kubrick construit pièce par pièce un puzzle stupéfiant qui enserre peu à peu ses tristes héros. Le film file à cent à l'heure, passionnant et oppressant.