LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

SOS MÉDITERRANÉE
Vendredi 22 juin à 20h au théâtre Le Levain à Bègles, Soirée littéraireRencontre entre deux auteurs :  Allain Glykos (auteur de Manolis) et Franck Pavloff (auteur de Matin brun) pour des regards croisés à partir de leurs derniers ouvrages : le roman  La nuit des enfants qui dansent de Pavloff, a...

PHENOMENA

Dario ARGENTO - Italie 1985 1h45mn VOSTF - Avec Jennifer Connely, Donald Pleasance, Daria Nicolodi, Patrick Beauchau... Interdit aux moins de 12 ans.

Du 08/07/18 au 24/07/18

PHENOMENAAu milieu des années 80, les fans attendaient le retour de Dario Argento du côté des délires esthétiques de Suspiria et Inferno. Après le cynique et théorique Ténèbres, Phenomena enfonce le clou. Argento s’y révèle plus sombre et mélancolique que jamais. Phenomena est un magnifique conte de fée pour adultes, une œuvre désenchantée, incomprise à sa sortie mais qui gagne en densité au fil des années, au point d’apparaître aujourd’hui comme l’un des meilleurs films de son auteur.

Dario Argento a rarement été aussi loin dans la violence graphique et le sadisme infligé à ses actrices. Derrière la douceur visuelle véhiculée par le film et le visage gracieux et enfantin de la sublime Jennifer Connelly (de loin la meilleure actrice qu’il ait eu à diriger) se cache une œuvre tourmentée et agressive, abordant des thèmes douloureux comme le viol et la difformité.
La beauté plastique de ce film, moins généreuse en apparence que ces classiques des seventies, est indéniable. La photographie, éloignée de toute luxuriance psychédélique, offre des couleurs ternes, presque apaisantes, proche de la peinture impressionniste, contrastant avec le climat morbide véhiculé par une œuvre qui se fraye un passage pas si éloigné de Lewis Caroll. Ce n’est pas Alice qui poursuit un lapin mais Jennifer, somnambule, qui communique avec les insectes.

Dynamisé par une bande originale tonitruante (Bill Wyman, Goblin, Motorhead et Iron Maiden) et porté par un casting excitant (Patrick Beauchau, Donald Pleasance et… Jennifer of course), Phenomena est un splendide giallo onirique transcendé par une série de meurtres graphiques ayant gardé un pouvoir de fascination intacte. Tout est possible dans ce cauchemar éveillé : les animaux mènent l’enquête, une jeune fille marche en dormant et se confronte aux meurtres sanglants comme on découvre sa sexualité, les paysages suisses deviennent source d’angoisse et les femmes sont toujours ces êtres énigmatiques, à la fois victimes et bourreaux. Bref, nous sommes bien au cœur de l’univers trouble et envoûtant du maitre du cinéma de genre transalpin.