LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Jeudi 11 Octobre à 20h30

FOCUS ALICE DIOP dans le cadre du FIFIB 2018


La cinéaste Alice Diop enregistre, documentaire après documentaire, une parole précieuse parce que trop rare, tordant le cou aux idées reçues. Son cinéma est celui des « invisibles », de celles et de ceux qui sont stigmatisé·e·s dans les médias dominants, dont l’identité et l’individualité sont écrasées derrière des « mots-valise » : les migrants, les jeunes de banlieue, que les politiques ont souvent à la bouche mais à qui on donne trop rarement la parole.
Alice Diop sera présente à chacune des deux projections.

LA PERMANENCE

Alice DIOP - documentaire France 2016 1h37mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA PERMANENCEC'est en enquêtant pour le magazine « Egaux mais pas trop » (LCP-AN) sur les dispositifs d'accès aux soins destinés aux plus démunis qu'Alice Diop a découvert en 2013 la permanence du Docteur Geeraert. Dans un bureau exigu, défraîchi, perdu au bout d'un couloir de l'hôpital Avicenne, à Bobigny, ce médecin généraliste reçoit en consultation deux fois par semaine et sans rendez-vous des migrants dont les maux de tête ou de dos, comme les insomnies, trouvent le plus souvent leur origine dans la douleur de l'exil. Pendant un an, chaque Vendredi, la cinéaste a filmé ces consultations.

Trois ans après (dont six mois de montage, avec l'excellente Amrita David), La Permanence nous offre 97 minutes captivantes entre quatre murs, où défilent le monde et une humanité souffrante dont Alice Diop isole des visages, des histoires et des voix. Plaçant en exergue de son film une citation de Fernando Pessoa, qui éclaire sa démarche : « On m'a parlé de peuples et d'humanité. Mais je n'ai jamais vu de peuples ni d'humanité. J'ai vu toutes sortes de gens, étonnamment dissemblables. Chacun séparé de l'autre par un espace dépeuplé. »
Tandis qu'Alice Diop se rendait chaque semaine à la consultation de Jean-Pierre Geeraert, y trouvant peu à peu sa place entre le généraliste et la psychiatre qui l'épaule, les images de Lampedusa et de Melilla répandaient à longueur de reportages des plans de groupes indifférenciés et de masses déferlantes. Tout le contraire de ce qu'elle rencontrait chaque Vendredi dans ce huis clos thérapeutique où l'attention de deux médecins reconnaît à chaque patient le caractère de ce qu'il est, lui et pas un autre, sa singularité.

À travers un dispositif de réalisation d'une rigueur souveraine, la cinéaste construit un point de vue dont la justesse confère à son film une forme d'universalité. (Télérama)