LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Samedi 13 Octobre à 21h

HORREUR : NOM FÉMININ dans le cadre du FIFIB 2018


Ces dernières années, de nouvelles voix du cinéma indépendant se sont emparées des codes du cinéma d’horreur pour mieux les transcender. Parmi elles, beaucoup de réalisatrices. Qu’ils soient sanguin, horrifique, métaphorique, leurs films donnent à voir des personnages complexes, apportant au cinéma de genre une nouvelle nuance salvatrice.

TROUBLE EVERY DAY

Claire DENIS - France 2001 1h40mn VOSTF - avec Vincent Gallo, Tricia Vessey, Béatrice Dalle, Alex Descas... Scénario de Claire Denis et Jean-Pol FARGEAU.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TROUBLE EVERY DAYEn avant programme
JUNIOR
En présence de Garance Marillier

Court métrage écrit et réalisé par Julia DUCOURNAU
France 2011 21 mn
avec Garance Marillier, Yacine N’Diaye, Aude Briant, Virgil Leclaire...
interdit aux moins de 16 ans


La vision de Trouble Every Day est dangereuse. Une fois qu'on a posé les yeux sur ce film magnifique, extra-ordinaire, au plein sens du terme, il ne vous quitte plus, il vous hante. Comme une ombre nichée quelque part, en zone obscure, une sensation faite de malaise et de fascination qui fait son nid dans vos entrailles, une trace auquel on repense, une expérience secouante de cinéma sensitif, effrayant... Le film de Claire Denis est une plongée sans oxygène dans un univers à part, la vision sidérante d'une formidable réalisatrice qui s'approprie les codes d'un genre pour leur donner une saveur unique : il y a du gore, du fantastique dans ce film, mais il y a bien plus que cela. La mise en scène est d'une maîtrise absolue, la photo oppresse autant qu'elle fascine, la tension est omniprésente, bercée par cette lenteur propre à générer l'effroi. Claire Denis sait filmer les corps comme personne, sa caméra les étreint tout en restant distante, et toujours le charnel, la matière brute s'impose à l'image, loin de tout esthétisme figé.

La pulsion. La pulsion sexuelle: pulsion de vie, pulsion de mort. Les élans qui traversent les corps, ne sachant où ni comment se fixer, et ce désir d'immobilisme, comme une échappatoire, l'ultime issue de secours. Shane (Vincent Gallo) et Coré (Béatrice Dalle), les deux personnages centraux du film, sont animés douloureusement, viscéralement par ces courants contradictoires. Chacun a sa manière tente de les apprivoiser. Alors que l'un les étouffe, l'autre les laisse tout envahir... Perdus, désespérés, il ne leur reste que la souffrance, et ce mal-être qui les crucifie depuis si longtemps, depuis ce voyage, voyage initiateur, initiatique, traumatique...

Avant, il y a quelques années, Shane était l'assistant d'un brillant professeur, Leo Sémeneau. Au coeur de la jungle guinéenne, leurs recherches les avaient conduits sur des chemins dangereux: des expériences pharmacologiques visant à agir sur la libido... Ni Shane, ni Coré, la compagne de Sémeneau, n'en sont revenus indemnes.
Aujourd'hui, Shane revient à Paris avec sa jeune épouse, June, dans l'espoir de retrouver le brillant professeur français. Il est rongé par un mal mystérieux, errant plus que vivant, plongé dans ce trouble qui le mine de l'intérieur. Ailleurs, dans un pavillon de banlieue, Leo Sémeneau barricade tous les jours sa femme Coré, torturée par ses pulsions...