LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

RAGTIME

Milos FORMAN - USA 1981 2h35mn VOSTF - avec Howard E. Rollins, Elizabeth McGovern, Mary Steenburgen, James Olson, Brad Dourif, James Cagney, Norman Mailer... Scénario de Michael Weller, d'après le roman de E.L. Doctorow.

Du 20/03/19 au 02/04/19

RAGTIMERagtime est l'un des tous meilleurs films de Milos Forman, bien qu'injustement méconnu, voire oublié. Somptueuse fresque, inventive, bourrée d'énergie, d'une richesse visuelle enthousiasmante, c'est aussi le portrait lucide et sans complaisance d'une Amérique engluée dans ses contradictions, minée par ses conflits entre richesse insolente et pauvreté extrême, entre innocence et corruption, entre démocratie idéaliste et racisme crasse. Ragtime est adapté d'un roman iconoclaste d'Edgar Lawrence Doctorow, qui bouscule le rêve américain à travers un kaléidoscope de personnages et dans un enchevêtrement d'histoires tragi-comiques des Etats-Unis du début du vingtième siècle.

De tous les récits entrecroisés de Doctorow, Forman s’attache à celui de Coalhouse Walker Jr, un pianiste noir humilié par un acte raciste et déterminé à faire respecter ses droits. Ce pianiste de ragtime évolue au milieu d’autres personnages merveilleusement campés : une famille bourgeoise blanche qui accueille la mère de son enfant ou un émigrant juif qui va devenir cinéaste ; mais il côtoie aussi des personnages emblématiques des bouleversements sociaux que connaît l’Amérique. Apparaissent en filigrane : le président Roosevelt, le magicien Houdini ou Henry Ford ; et plus en évidence : Booker T. Washington (le premier noir invité à la Maison-Blanche), la starlette Evelyn Nesbit, courtisée par l’architecte Stanford White et mariée au milliardaire Harry Thaw (un scandale qui inspira aussi La Fille sur la balançoire de Richard Fleischer).

« Tout l’art de Forman est là et c’est du grand art. Forman a toujours été un portraitiste, un portraitiste de cinéma, c’est-à-dire de mouvement, mais de mouvement moléculaire, imperceptible. Réussir à glisser de l’imperceptible dans une superproduction, réussir à faire glisser tout l’appareil de la superproduction vers des figures qui tremblent légèrement, qui échappent au typage, aux grands ensembles contradictoires et détruisent imperceptiblement ceux-ci, c’est le plus grand art. » Pascal Bonitzer