LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

MANTA RAY

Écrit et réalisé par Phuttiphong AROONPHENG - Thaïlande 2018 1h45mn VOSTF - avec Wanlop Rungkumjad, Aphisit Hama, Rasmee Wayrana...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MANTA RAYManta ray impressionne et captive d'abord par sa splendeur visuelle et par sa richesse sonore. Et c'est grâce et à travers cette beauté renversante que le film évoque, de manière puissante et poétique, sans lourdeur démonstrative, un des cas de persécution ethnique les plus terribles de ce début du xxie siècle. Phuttiphong Arronpheng est thaïlandais et donc voisin de la Birmanie. Depuis toujours, la minorité musulmane des Rohingyas est persécutée en Birmanie, mais cette discrimination a frisé le génocide ces dernières années avec une montée terrible du racisme et des exactions de la part des ultranationalistes bouddhistes envers les Musulmans. Ces persécutions ont entraîné un exode massif, d'abord au Bangladesh puis en Thaïlande, seulement séparée de la Birmanie par un petit cours d'eau. Phuttiphong Aroonpheng a observé cet étrange endroit, qui résonne de la souffrance des familles (le réalisateur a même enregistré les voix et les plaintes des réfugiés dans la jungle) qui ont tenté de s'introduire en Thaïlande ; il a aussi constaté avec effroi la montée de la xénophobie envers les nouveaux arrivants, y compris chez ses amis ; il a entendu cette terrible histoire d'un charnier découvert au sud du pays, à la frontière de la Malaisie, rassemblant probablement des réfugiés rohingyas séquestrés en pleine jungle par des trafiquants puis assassinés sommairement.

À partir de ces faits terribles, Phuttiphong Aroonpheng a construit une fable sublime, souvent elliptique et fantomatique, plutôt qu'un film scrupuleusement réaliste. Les premières images nous montrent ainsi un soldat décoré d'une guirlande clignotante qui patrouille, fusil d'assaut à la main, dans la nuit de la jungle luxuriante. Plus tard, on devine des gémissements, des bruits, on aperçoit un cadavre ligoté, enterré à la va vite. On n'en saura pas plus dans les cinq premières minutes, même si la dédicace au peuple rohingya à la fin du générique nous donne une indication. On voit ensuite les hommes qui patrouillaient la nuit reprendre leurs activités diurnes sur les bateaux de pêche et les marchés aux poissons de cette petite ville portuaire. Puis on retrouve un des pêcheurs, reconnaissable à sa coiffure peroxydée, cherchant de mystérieuses pierres brillantes dans l'humus équatorial : il tombe par hasard sur un homme gravement blessé et semble t-il muet. Sans se poser de questions, il le conduit chez lui, d'autant que sa femme l'a récemment quitté. Et malgré les difficultés de communication, il va patiemment le ramener à la vie : un bel exemple de solidarité désintéressée, de fraternité qui transcende les différences de culture et de langue. La situation va néanmoins se compliquer quand le pêcheur disparaît mystérieusement et que son épouse revient finalement au bercail…

Manta ray – dont le titre évoque les raies géantes qui se réfugient près des côtes lors des épisodes de mousson – subjugue le spectateur par ses séquences fascinantes et mystérieuses qui mélangent les scènes irréelles, aux frontières du fantastique, et les allusions directes à la triste réalité, le tout porté par la bande son envoûtante composée par les Strasbourgeois de Snowdrops. On se laisse porter par cette scène où, dans leur cabane dénudée illuminée par des guirlandes, les deux hommes dansent pour fêter le retour à la vie, ou envahir par l'empathie quand l'homme muet découvre à demi enterré le corps d'un nourrisson qui est peut-être le sien… Manta ray est le premier long métrage d'un quarantenaire qui a réalisé plusieurs courts et travaillé comme directeur de la photographie sur trois longs métrages thaïlandais : c'est ce qu'on appelle une révélation.