LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Mardi 17 DÉCEMBRE 2019 à 20h15

SOIRÉE ALBERT CAMUS


Projection suivie d’une rencontre avec Maria Santos-Sainz, auteure du livre Albert Camus, Journaliste – Reporter à Alger, éditorialiste à Paris, préface d’Edwy Plenel, Éditions Apogée. Rencontre animée par Bernard Daguerre, Polar en Cabanes.
Prévente des places au cinéma, à partir du Samedi 7 Décembre.

L'ÉTRANGER

(Lo Staniero) Luchino VISCONTI - Italie 1967 1h50mn VOSTF - avec Marcello Mastroianni, Anna Karina, Bernard Blier, Georges Geret, Georges Wilson, Bruno Cremer... Scénario de Luchino Visconti, Suso Cecchi D'Amico, Georges Conchon et Emmanuel Roblès, d'après le roman d'Albert Camus. Copie neuve, restaurée par la Cineteca Nazionale de Rome.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ÉTRANGERC'est un Visconti longtemps resté dans l'oubli. Sorti en 1967, bizarrement accueilli parce qu'assez incongru dans la carrière du cinéaste – qui s'est en fait effacé derrière le roman de Camus, bridant sans doute un peu son inspiration visuelle et dramatique – L'Étranger n'a jamais été réédité au cinéma depuis, toujours absent des hommages ou rétrospectives consacrés au maître italien. La (re)découverte est donc chaudement recommandée (recommandation qu'on s'appliquera d'abord à nous-même : personne à Utopia n'a jamais vu le film !)

Un bref rappel de l'intrigue imaginée par Camus : Alger, 1935. Meursault, un modeste employé, enterre sa mère sans manifester le moindre sentiment. Le lendemain, il se lie avec une jeune collègue, Marie, puis reprend sa vie de tous les jours, monotone, qu'un voisin, Raymond, vient rituellement perturber. Meursault, comme paralysé par un sentiment d'indifférence généralisée, repousse Marie qui lui demande de l'épouser, de même qu'il refuse une promotion dans son travail. Un Dimanche comme un autre, sur une plage, il tue un Arabe, qui semblait harceler Raymond depuis des jours…

« C’est en 1942, alors que je travaillais à Ossessione, que j’ai lu L'Étranger qui venait de paraître. J’aurais pu en tirer un film à ce moment-là, il aurait été très différent de ce que je vais faire aujourd’hui. En 1942, nous étions à l’aube de l’existentialisme : les hommes, les artistes étaient prêts à se poser la question de leur destin et Camus fut l’un des premiers à nous offrir une réponse précise. Il nous indiquait comment vivre en étranger dans une société organisée, comment se soustraire à ses lois, s’enfermer dans l’indifférence, se confiner dans l’absurde. Voilà le message de L’Étranger. Dans ce livre, il y a d’abord une grande intuition : dans le geste apparemment dû au hasard que commet Meursault alourdi par la friture de poisson et le vin, étourdi par le soleil, dans ces coups de revolver contre l’Arabe, vu comme dans une peinture à l’huile, “comme un sabre éblouissant”, avec les dents blanches qui brillent, on perçoit aujourd’hui quelque chose de plus : la terreur du pied-noir grandi sur cette terre et qui se sent de trop, qui sait qu’il va devoir partir en la laissant à qui elle appartient. » Luchino Visconti

Mardi 17 Décembre à 18h30, Maria Santos-Sainz présentera son livre à la librairie Olympique (23 rue Rode – Place des Chartrons).