LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

CLUNY BROWN

(La Folle ingénue) Ernst LUBITSCH - USA 1946 1h40mn VOSTF - avec Jennifer Jones, Charles Boyer, Peter Lawford, Helen Walker... Scénario de Samuel Hoffenstein et Elizabeth Reinhardt, d'après le roman de Margery Sharp.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CLUNY BROWNTout commence par un évier bouché qui sent atrocement mauvais. De quoi gâcher la réception que donne le très élégant Hilary Ames en l'honneur de la très distinguée Betty Cream, qui ne va pas chez n'importe qui. C'est Dimanche et le plombier se fait attendre... Mais voilà qu'on sonne à la porte. Son sauveur à molettes, espère le très soulagé Hilary. Déception : le visiteur est Adam Belinski, un curieux pique-assiette à la langue bien pendue. Nous apprendrons que c'est un réfugié politique tchèque, un intellectuel victime du nazisme : nous sommes en Angleterre, à la veille de la seconde guerre mondiale... Quoiqu'il en soit, ce Belinski ne fait pas du tout l'affaire du très soucieux Mister Ames : le tchèque bavard n'entend rien à la plomberie, sa spécialité semblant bien l'insolence vacharde...

Sur ces entrefaites déboule la très ravissante Cluny Brown, que le très désagréable Ames accueille sans aménité aucune : encore une raseuse ! Hilary a tort, Cluny va lui sauver la mise ! Car elle est la nièce du plombier arlésien, qu'elle remplace dès qu'elle en a l'occasion : elle adore résoudre les problèmes de tuyauterie... Et elle s'attaque sur le champ aux embarras du très abasourdi Hilary, avec une efficacité qui n'a d'égale que sa grâce à l'ouvrage, nous irons même jusqu'à dire sa sensualité dans l'action... Et voilà, c'est parti. Cette séquence d'ouverture brillantissime met en scène ceux qui vont devenir les personnages principaux d'une intrigue aux multiples et savoureux rebondissements : Cluny Brown et Adam Belinski bien sûr, qui sont faits l'un pour l'autre, ça saute aux yeux.

Lubitsch brode en virtuose un marivaudage hilarant, et brocarder gaillardement les tabous culturels et sociaux de la bonne société anglaise, semant avec délectation de multiples sous-entendus érotiques qui tissent des liens inattendus entre la plomberie et la sexualité, considérées l'une et l'autre comme deux des beaux-arts...