LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

ELEPHANT MAN

David LYNCH - USA/GB 1980 2h03mn VOSTF - avec Anthony Hopkins, John Hurt, Anne Bancroft, John Gielgud... Scénario de Christopher De Vore, Eric Bergren et David Lynch. Photographie somptueuse de Freddie Francis.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ELEPHANT MANLondres, 1884. Frederick Treeves, jeune et brillant chirurgien, croise la route de John Merrick, un homme difforme et complètement défiguré devenu phénomène de foire, surnommé « Elephant man » car sa mère aurait été renversée par un éléphant alors qu’elle était enceinte de lui. Après l’avoir arraché des mains de Bytes, son propriétaire violent, le Dr Treeves le recueille à l’hôpital pour étudier son cas et découvre en lui un homme meurtri, intelligent et doué d’une grande sensibilité…

« C'est un râle douloureux qui s'échappe d'une cagoule blanche, une silhouette enveloppée de noir se mouvant au rythme d'un boitillement. C'est un visage, difforme, une tête lourde de ses multiples protubérances, aux lèvres déformées, qui lui valurent le cruel surnom d'homme-éléphant. Il faut sept heures quotidiennes de maquillage pour que John Hurt puisse prendre les traits de John Merrick, Joseph de son vrai prénom, qui vécut dans l'Angleterre victorienne du xixe siècle. Derrière ce masque, modelé sur le plâtre du véritable Merrick, l'immense acteur britannique véhicule toute l'humanité de celui qu'on regardait comme un monstre, et que David Lynch sublime dans ce mélodrame poignant qu'est Elephant man. Du tournage mouvementé, Lynch dira que ce fut son “baptême du feu” de cinéaste. Loin de son Montana natal, le réalisateur se confronte non seulement à un nouveau pays, l'Angleterre, mais aussi à quelques personnalités difficiles, Anthony Hopkins en tête, qui ne cessent de contester son autorité de metteur en scène. De ces accrocs, rien ne transparaît à l'écran. Seules demeurent la maestria du cinéaste, l'atmosphère onirique et cauchemardesque autant inspirée de Tod Browning que de Charles Dickens.
« Lynch signe le portrait bouleversant d'un être sensible qui, face à la bestialité des hommes, tenta de leur faire voir qu'il n'était pas un animal mais bien un être humain. Un cri de douleur qui, une fois entendu, reste à jamais gravé dans les mémoires. » (cinematheque.fr)