LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

POISSONSEXE

Olivier BABINET - France 2019 1h29mn - avec Gustave Kervern, India Hair, Ellen Dorrit Petersen, Jean-Benoit Ugeux, Sofian Khammes, Alexis Manenti... Scénario d’Olivier Babinet et David Elkaim.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

POISSONSEXELe monde va mal : les poissons sont pratiquement éteints, les mers et les océans semblent des cimetières sous-marins. Tandis que les scientifiques du monde entier cherchent désespérément une solution à un problème devenu planétaire, Daniel Luxet, un biologiste français (formidablement interprété par Gustave Kervern) cherche à redonner aux poissons l’envie de copuler. Ironiquement, son travail tourne autour de la reproduction alors que lui-même est célibataire et obsédé par un désir de paternité qu’il n’arrive pas à satisfaire, se complaisant dans une solitude qui devient progressivement une prison. Un jour, de manière inattendue, quand il capture par hasard un poisson à la forme étrange ou pour le moins ambiguë qu’il va appeler Nietzsche, il rencontre Lucie (toujours surprenante India Hair), une jeune femme qui le pousse à affronter ses peurs et les absurdités de son existence. Cette rencontre fortuite va avoir une série de conséquences qui vont amener notre biologiste solitaire à comprendre ce qui lui manque vraiment et quelle est la voie inattendue vers un bonheur qu’il s’est peut-être toujours refusé.
Dans cette surprenante comédie romantique teintée d’ambiance apocalyptique, Olivier Babinet aborde le thème de l’écologie mais aussi – surtout – celui de la paternité et de la masculinité stéréotypée de manière vraiment surprenante. Avec humour et poésie, Poissonsexe (plus qu’un titre : une garantie) met en scène des personnages à fleur de peau, de magnifiques losers perdus dans un monde qu’ils ne comprennent plus, mais habités par une soif de tendresse qui les rend invincibles. Si le monde, en effet, se rapproche progressivement de l’abîme, Daniel et Lucie tentent de trouver dans l’amour une issue pour éviter la destruction.

Bien qu’il s’articule autour d’une histoire d’amour hétérosexuelle en même temps que délicieusement improbable, Poissonsexe évite les clichés liés à la procréation et à la soi-disant « masculinité ». Babinet met en effet en scène un personnage aux prises avec les absurdités d’une identité mâle construite socialement qui pousse à croire que le bonheur est l’apanage exclusif de ceux qui sont pères et des couples hétéro-normés « standard ». Daniel se rend compte progressivement de cette prison autour de lui, et qu’il mène un combat absurde vers une normalisation qui, au fond, ne lui procure pas le bonheur qu’il désire tant. Babinet semble vouloir nous ouvrir les yeux sur un monde « différent » qui déconstruit pour ensuite recréer, sans règles ou mieux avec des règles différentes, plus créatives et stimulantes.

La relation entre l’homme et l’animal est elle aussi remise en cause, analysée et mise en scène avec une dose salvatrice de fantaisie et de créativité. Daniel, chercheur et scientifique renommé, se laisse dépasser par un anthropomorphisme qui le conduit à interpréter à travers le filtre des sentiments humains les actions de son protégé, le poisson Nietzsche (qui appartient à l’espèce axolotl). Entre les deux se crée une relation d’amitié et d’entente qui va bien au-delà des différences d’espèce, un lien profond qui n’a pas besoin de mots pour s’exprimer. Poissonsexe nous fait comprendre que la disparition de l’espèce humaine entraînera avec elle la disparition d’une certaine beauté et d’une candeur impossible à combler. La diversité (sous quelque forme qu’elle se présente : sexuelle, genres, espèces) de la planète doit être gardée et valorisée parce que c’est elle qui transforme le monde en un lieu de rêve. (cineuropa.org)