BORDEAUX

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Jeudi 15 Octobre 2020 à 16h15

FIFIB - CARTE BLANCHE à LIO


En présence de Lio.
Le FIFIB donne la parole à la comédienne et chanteuse pour une programmation singulière, nourrie de ses sensibilités extraordinaires.

LES PETITES MARGUERITES

(Sedmikrásky) Vera CHYTILOVA - Tchécoslovaquie 1966 1h16mn VOSTF - avec Ivana Karbanova, Jitka Cerhova...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES PETITES MARGUERITESDeux jeunes filles, prénommées Marie 1 et Marie 2, vivent selon leur fantaisie : elles se font inviter à déjeuner par de vieux messieurs qu’elles congédient effrontément, se promènent quasi nues quand elles ne s’habillent pas de façon extravagante, volent, détruisent, ne cessent de manger, ou plutôt de se goinfrer de façon répugnante.

Célébré internationalement dès sa sortie comme un chef-d’œuvre subversif de la Nouvelle Vague tchèque qui a émergé dans la période de libéralisation aboutissant au Printemps de Prague, Les Petites marguerites se présente de prime abord comme un véritable feu d’artifice cinématographique combinant les effets visuels et sonores, les jeux de couleur, les compositions élaborées et un montage éclaté, où l’on détecte pêle-mêle l’influence de Godard, du cinéma expérimental américain et du Pop art. C’est un film dans la lignée burlesque de nombreuses productions du renouveau tchèque, imprégné ici d’un joyeux féminisme libertaire où les valeurs traditionnelles sont consciencieusement bousculées, sinon réduites en miettes par l’absurde.
Vera Chytilova, unique femme au milieu de cette génération de jeunes cinéastes (Milos Forman, Juraj Herz, Jan Nemec, Ivan Passer, Jiri Menzel, Jaromil Jirès…) et en opposition formelle avec leur fidélité au cinéma-vérité, insuffle dans son second long métrage un anticonformisme virulent, malmenant un scénario déjà très délié, basé sur une surenchère galopante de mauvais sentiments. À tel point qu’on a autant qualifié de « pop » que de « punk » ce film résolument en prise, voire en avance, sur son temps. Si les affreuses et affriolantes héroïnes méprisent toute convention sociale, c’est que rien n’est respectable : « Puisque la dépravation est partout, nous serons dépravées aussi ».

On conçoit que ce nihilisme dévergondé ait été fraichement accueilli par les autorités dans la mesure où il traduit un effondrement de la conscience révolutionnaire au sein d’une société qui accède à la consommation. Le dégel politique des années 60, tentative d’un « socialisme à visage humain » qui avait vu l’abolition de la censure, fut interrompu par l’invasion soviétique en août 1968 et par un régime de « normalisation » – dans le sens d’un retour aux normes totalitaires – qui durera deux décennies. Dans ce contexte, contrairement à la plupart de ses collègues qui choisirent l’exil, Chytilova demeura en Tchécoslovaquie, rencontrant de grandes difficultés à poursuivre sa carrière après Les Fruits du paradis (1969), qui prolongeait les audaces expérimentales de son précédent film, précipité débordant de joie de vivre, mais conscient de cet état de grâce forcément éphémère. Les Petites marguerites, dans sa verdeur et son insolence intactes, est dédié à ceux qui ne s’indignent que pour des salades piétinées.