LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

LE GENOU D’AHED

Écrit et réalisé par Nadav LAPID - Israël 2021 1h49mn VOSTF - avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig, Lidor Ederi... Prix du jury, Festival de Cannes 2021.

Du 15/09/21 au 12/10/21

LE GENOU D’AHEDC’est peu dire que le film de Nadav Lapid n’est pas un spectacle de tout repos. Rugueux, teigneux, énervé, rageur, enthousiasmant et mal-aimable, il vous laisse pantelant, mi-décontenancé, mi-ravi. Le regard (noir) qu’il porte, depuis Israël, sur Israël, son Histoire, sa construction, sa politique, est rare et, on oserait dire, précieux. On sait depuis que le cinéaste s’apprête à quitter son pays avec sa famille – Le Genou d’Ahed faisant office d’acte de divorce cinématographique. Clarisse Fabre le décrivait parfaitement bien dans Le Monde, au moment de la présentation du film à Cannes.

« Un ciel pâle, filmé d’une moto rapide comme l’éclair. Bientôt, les lampadaires viennent strier le paysage comme des notes de musique embarquées dans une course folle. Plaisir de la vitesse et fulgurance punk d’un premier plan : on ressort éblouis, et le souffle coupé, de la projection du quatrième long-métrage de Nadav Lapid, Le Genou d’Ahed. Film après film, le cinéaste israélien garde intact son geste expérimental tout en cherchant constamment à faire vibrer une beauté visuelle, jamais esthétisante, en accord et en mouvement avec son regard d’une rare noirceur.
« Avec Le Genou d’Ahed, Nadav Lapid plante un double drapeau, cinématographique et territorial. Ahed fait écho à l’adolescente Ahed Tamimi, icône de la résistance palestinienne. En décembre 2017, après avoir giflé un soldat israélien, elle avait été emprisonnée plusieurs mois. Un député avait alors exprimé son regret que la jeune fille n’ait pas pris une balle dans la rotule. Cette actualité nourrit le début de l’histoire, alors que Y., cinéaste (alter ego de Nadav Lapid), travaille à une fiction d’après l’histoire d’Ahed.
« Ce film qui plonge dans les abîmes est aussi inspiré de l’expérience du réalisateur. En 2018, Nadav Lapid reçoit l’appel de la toute jeune Directrice adjointe des bibliothèques d’Israël, lui proposant de venir présenter son film L’Institutrice à Sapir, dans la région désertique de l’Arava. Le cinéaste apprend alors qu’il doit s’engager, au préalable, à ne pas aborder certains sujets sensibles. Tout ce qui est de nature à déranger le pouvoir ne sera pas admis. A l’époque, Nadav Lapid avait accepté le contrat. Dans Le Genou d’Ahed, Y. le double du cinéaste réagit de manière autrement plus diabolique à cette situation de censure… On ne vous en dit pas plus.
« La réussite du film, outre son inventivité plastique, tient beaucoup à la force d’interprétation d’Avshalom Pollak. L’acteur réussit à incarner un être entier, fragile et radical, dont l’humanité peut encore affleurer et reprendre le dessus. Y. est un être morcelé, dont le verbe devient de plus en plus agressif et radical. Dans une séquence hallucinante d’une quinzaine de minutes, sa parole prend la forme d’une déclaration au lance-flamme contre son pays. Ce faisant, Nadav Lapid règle ses comptes avec lui-même, revisitant son propre passé, lorsqu’il rêvait, à 18 ans, de faire l’armée et de devenir un “héros méritant”.
« L’œuvre est explosive. Nadav Lapid ose l’outrance, les ruptures de ton. Il malaxe et réduit la folie militaire pour mieux la désarmer, dans des chorégraphies pop et grotesques. Il met le doigt sur l’anomalie, installe le malaise, afin que le spectateur s’y perde. Le cinéaste nous emmène dans les recoins les plus sombres de ses pensées, et pourtant, ultime miracle, son personnage peut retrouver grâce et légèreté en écoutant une chanson, un simple tube qui ravive des souvenirs, Be my baby, par Vanessa Paradis. En filmant l’ombre de Y., dansant sur les cailloux, le chef opérateur Shai Goldman crée le plus troublant des fantômes du désert ».