LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

UNE VIE DÉMENTE

Écrit et réalisé par Ann SIROT et Rafaël BALBONI - Belgique 2020 1h27mn - avec Jo Deseure, Jean Le Peltier, Lucie Debay, Gilles Remiche...

Du 10/11/21 au 30/11/21

UNE VIE DÉMENTEL’esprit belge a encore frappé ! Cet humour dont il faut bien reconnaître qu’il est assez unique, cette sorte de surréalisme du quotidien qui habite semble-t-il à temps plein l’esprit et l’âme de nos voisins préférés et qui leur permet de garder une distance salutaire, de tourner en dérision les pires des situations. Une Vie démente, qui met en scène la perte de contrôle d’une femme d’une soixantaine d’années et la manière dont ses proches vont faire face, sera donc aussi drôle que tragique, secoué d’autant de moments bouleversants que de crises de rire. Ce n’est après tout que le juste reflet de la réalité, tous ceux qui ont vécu cette expérience sachant que l’absurde fait partie de la traversée : Raphaël Balboni, qui a co-écrit et réalisé le film, en sait quelque chose puisque le scénario raconte peu ou prou le parcours qu’il a connu avec sa propre mère…

Mais revenons au commencement : Alex et Noémie forment un couple de trentenaires heureux qui commencent à se dire qu’ils feraient bien un enfant. La mère d’Alex, Suzanne, brillante directrice d’un centre d’art, est tout excitée à l’idée de la prochaine parternité de son fils et entend participer à son bonheur, de manière très pragmatique : elle veut absolument offrir au couple un matelas high tech qui coûte la peau des fesses. Ce ne pourrait être qu’une lubie somme toute innofensive si Alex et Noémie n’avaient pas commencé à remarquer divers troubles dans le comportement de Suzanne : elle hésite sur des mots, fait des réponses à côté de la plaque, affiche des attitudes farfelues, et il s’avère qu’elle s’est mise à découvert sur tous ses comptes, malgré des revenus conséquents… Après quelques consultations, le verdict tombe : Suzanne est atteinte de démence sémantique (en gros une variante de la maladie d’Alzheimer). De quoi laisser désemparé son fils, qui ne sait pas trop comment gérer la situation. D’autant que Suzanne est farouchement à cheval sur son indépendance et qu’elle ne compte pas laisser sa supposée maladie entraver sa liberté quotidienne. Alex et Noémie tentent de prendre les choses en main, préparant par exemple des repas pour Suzanne… qu’elle gâche en débranchant le réfrigérateur pour des raisons obscures. Ils sont sans cesse sur le qui vive, inquiets chaque fois que Suzanne prend le volant de sa voiture, qu’elle conduit de manière qu’on qualifiera d’approximative, ou lorsqu’elle décide d’aller faire un tour sur le canal voisin dans un boudin gonflable ! Si bien qu’ils vont être obligés d’embaucher Kevin, un aide de vie pour le moins atypique, fan de métal mais diablement efficace. L’équilibre du couple va se fissurer, Alex, rongé par la culpabilité, voulant s’investir jusqu’au bout dans la prise en charge de sa mère, tandis que Noémie réclame de pouvoir continuer au moins partiellement leur vie d’avant, prenant forcément les choses avec d’avantage de philosophie et de lucidité.

Au-delà de la chronique d’une grande justesse, le film prend une autre dimension grâce au ton et à l’esprit très particuliers qu’on célébrait au début de ce texte, grâce également à l’interprétation exceptionnelle de Jo Deseure, peu connue au cinéma mais grande comédienne de théâtre, qui incarne génialement une Suzanne imprévisible, passant de l’apathie à la colère, du repli sur soi à l’exubérance excessive, emportée par les évolutions paradoxales de la maladie. On soulignera aussi les trouvailles de mise en scène – notamment celles qui rappellent l’univers artistique dans lequel baigne Suzanne, bien présent malgré la maladie – qui donnent une vraie personnalité à ce premier film belge étonnant.