LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Mardi 19 OCTOBRE 2021 à 20h15

CARTE BLANCHE À L’ASSOCIATION MONOQUINI en présence du réalisateur Thomas Maury


Dans le cadre du festival MAD organisé par Proxima Centauri

NIBLOCK’S SOUND SPECTRUMS, WITHIN INVISIBLE RIVERS

Écrit, produit et réalisé par Thomas MAURY - France 2019 1h50mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NIBLOCK’S SOUND SPECTRUMS, WITHIN INVISIBLE RIVERS« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », selon le philosophe grec Héraclite : tout est mouvement permanent, nulle chose, nul être n’est immuable, il n’y a pas deux instants identiques. Les « rivières invisibles » du titre du film de Thomas Maury sont de la même eau, car si à une oreille distraite le travail sonore de Phill Niblock semble inscrit dans un continuum sans relief, en réalité le flux qui nous traverse est aussi subtil que le chatoiement du courant entre les rochers, où le soleil miroite d’éclats fugitifs. Chez Niblock cependant, on serait plutôt en présence d’un océan, tant la puissance sonore est tellurique, nous saisit et bouleverse nos habitudes d’écoute.

Le vénérable Phill Niblock, âgé de 88 ans et toujours en activité, est un autodidacte considéré aujourd’hui comme un pionnier des arts multimédias. D’abord photographe dans le milieu du jazz, il a commencé à réaliser des films expérimentaux au cours des années 60, traduisant notamment en images abstraites les envolées intergalactiques du Sun Ra Arkestra. Sa pratique de cinéaste s’est ensuite affirmée somptueusement dans un travail au long cours, « The Movement of People Working », consacré au travail traditionnel des femmes et des hommes dans les contrées non industrialisées de nombreux pays de par le monde.
Mais c’est surtout comme figure paradoxalement méconnue de la musique minimaliste américaine, si l’on compare avec le succès de ses contemporains Steve Reich ou Philip Glass, que Niblock s’impose par sa profonde originalité et l’influence qu’il exerce sur une nouvelle génération de musiciens fascinés par les potentialités psycho-acoustiques du bourdon, plus communément appelé « drone », devenu un genre musical en soi.
Depuis ses premières compositions en 1968, c’est plutôt à La Monte Young et aux musiciens qui ont essaimé autour du Theater of Eternal Music qu’il faut rattacher l’électron Niblock dans l’exploration des harmoniques qui se déploient dans la durée, souvent à partir d’une note unique, vocale ou instrumentale, au travers de longs déroulements sonores dont le volume et les textures nous enveloppent littéralement.

Ponctué par de nombreux témoignages (Jim O’Rourke, David Watson, Charlemagne Palestine, Eliane Radigue, Myriam Gourfink, Stephen O’Malley…), le documentaire que Thomas Maury a réalisé au fil de neuf années dans les pas de l’inlassable compositeur nomade nous éclaire sur son art de sculpter le temps, avec modestie et générosité, nous transportant loin, très loin, par la seule expérience de l’écoute.